JTA – Yom HaAtsmaout, le Jour de l’Indépendance d’Israël, tombe cette année le 23 avril. En l’honneur du 67e anniversaire de l’Etat juif, nous présentons, sans aucun ordre particulier, dix aspects peu connus de l’histoire de l’Israël moderne.

1. Une des destinations d’El Al était Téhéran

L’Iran et Israël entretenaient de bonnes relations jusqu’à la révolution islamique qui a renversé le Shah en 1979. L’Iran a reconnu Israël en 1950, devenant le deuxième pays à majorité musulmane à le faire (après la Turquie).

L’Iran a fourni du pétrole à Israël pendant l’embargo pétrolier de l’OPEP et Israël a vendu des armes à l’Iran, il y avait un commerce florissant entre les deux pays, et El Al a assuré des vols réguliers entre Tel-Aviv et Téhéran.

Tout cela s’est terminé une semaine après l’éviction du Shah, lorsque les nouveaux dirigeants iraniens ont rompu les liens avec Israël et transféré à l’Organisation de libération de la Palestine l’ambassade à Téhéran.

Cependant, même après 35 années d’hostilités, les Iraniens ont moins d’antipathie envers les Juifs que toute autre nation du Moyen-Orient.

Une enquête mondiale sur l’antisémitisme effectuée en 2014 par l’Anti-Defamation League a constaté que 56 % des Iraniens avaient des opinions antisémites – alors que 80 % des Marocains et 93 % des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ont de telles opinions.

Pour en savoir plus sur les Israéliens en Iran, regardez le documentaire de 2014 « Avant la Révolution. »

2. Des centaines de descendants de nazis résident en Israël

Au moins 400 descendants de nazis se sont convertis au judaïsme et se sont installés en Israël, selon les réalisateurs qui ont fait il y a quelques années un documentaire sur ce phénomène.

En outre, d’autres se sont convertis au judaïsme ou se sont mariés à des Israéliens, mais ne vivent pas dans l’Etat juif – comme la petite-nièce de Heinrich Himmler, qui a épousé un Juif israélien et vit à l’étranger.

Dans les premières années de l’Etat d’Israël, l’Etat a été déchiré par un débat sur l’opportunité d’accepter des réparations allemandes pour la Shoah (il l’a fait), et l’Allemagne est restée un sujet de controverse : par exemple, de 1956 à 1967, Israël interdisait tous les films produits en Allemagne.

3. Ben Gourion a inventé le couscous israélien (en quelque sorte)

Les minuscules boules de pâtes appelées couscous israélien – ou ptitim en hébreu – ont été inventées dans les années 1950 à la demande du premier Premier ministre d’Israël, David Ben-Gourion, qui avait demandé à l’entreprise alimentaire Osem de trouver un substitut à base de blé au riz pendant une période d’austérité en Israël. L’invention, que les Israéliens ont surnommé « le riz de Ben-Gourion » a connu un succès immédiat.

David Ben Gurion chez lui (Crédit : Bureau de Presse du Gouvernement)

David Ben Gourion à son domicile (Crédit : Bureau de Presse du Gouvernement)

4. Il n’y avait pas de télévision en Israël jusqu’à la fin des années 60

La première émission de télévision israélienne ne date que de 1966, et était conçue uniquement pour les écoles, à des fins éducatives. Les émissions publiques régulières ont débuté le Jour de l’Indépendance israélienne, en mai 1968.

Pendant près de deux décennies, Israël n’avait qu’une seule chaîne et les programmes étaient limités à des heures spécifiques de la journée. Une seconde chaîne a débuté en 1986, et le câble a été introduit en 1990.

Aujourd’hui, la télévision israélienne est une source populaire pour les scénaristes d’Hollywood : « Homeland » (Showtime), « In Treatment » (HBO), « Your Family or Mine » (SCT), « Allegiance » (NBC), « Deal With It » (SCT), « Tyran » et « Boom » (Showtime) sont tous des remakes de séries israéliennes.

5. La belle-mère de la reine Elizabeth II est enterrée à Jérusalem

La mère du Prince Philip, née en 1885 sous le nom de princesse Alice de Battenberg, et congénitalement sourde, a passé l’essentiel de sa vie en Grèce après avoir épousé le prince Andrew de Grèce et du Danemark (oui, il était simultanément prince de deux pays européens différents).

Pendant l’occupation nazie de la Grèce, Alice a caché une femme juive et deux de ses enfants, et de ce fait a été reconnue « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem en Israël et « Héroïne de l’Holocauste » par le gouvernement britannique.

Elle s’installa à Londres en 1967 pour vivre dans le palais de Buckingham avec son fils et sa belle-fille, la reine Elizabeth II. Après la mort de la princesse deux ans plus tard, son corps a été enterré dans une crypte au château de Windsor.

En 1988, elle a été transférée dans une crypte au couvent de Sainte Marie-Madeleine à Gethsémani sur le mont des Oliviers de Jérusalem – pour honorer un souhait qu’elle avait exprimé avant sa mort.

Sur le mont des Oliviers se trouve le cimetière le plus antique utilisé en continu dans le monde.

Ultra Orthodox Jews visit graves at the Mount of Olives (Photo credit: Yonatan Sindel/Flash90)

Des Juifs ultra-orthodoxes au cimetière du mont des Oliviers (Photo credit: Yonatan Sindel/Flash90)

6. Alaska Airlines a amené des milliers de Juifs yéménites en Israël

Lorsque les émeutes anti-juives ont éclaté au Yémen après la victoire d’Israël lors de la guerre d’Indépendance, la communauté juive du Yémen a décidé de venir en masse dans la patrie juive.

James Wooten, président de Alaska Airlines, était parmi ceux qui ont été émus par leur sort.

Entre juin 1949 et septembre 1950, Alaska Airlines a affrété environ 430 vols d’avions bimoteurs C-46 et DC-4 dans le cadre de l’opération Tapis Magique, la mission secrète qui a transporté près de 50 000 Juifs du Yémen en Israël.

Les pilotes ont dû composer avec des pénuries de carburant, des tempêtes de sable et le feu de l’ennemi, et un avion s’est écrasé après avoir perdu un moteur, mais pas une seule vie n’a été perdue au cours de ces vols.

7. Golda Meir était la troisième femme Premier ministre du monde

Meir (née Myerson), qui est devenue Premier ministre d’Israël en 1969, a été précédée seulement par Sirimavo Bandaranaike au Sri Lanka (1960-1965) et Indira Gandhi en Inde (1966-1977).

Née à Kiev et ayant grandi dans le Milwaukee, Meir s’est installée en Israël dans un kibboutz alors qu’elle avait une vingtaine d’années et a rapidement milité au sein du parti travailliste.

Bien que populaire auprès des Juifs américains, Meir reste un sujet de dérision en Israël pour ses échecs perçus de la guerre du Kippour de 1973, puisqu’elle avait choisi de ne pas attaquer préventivement les armées arabes qui se massaient aux frontières d’Israël.

Bien que la Commission Agranat qui a enquêté sur la guerre a blanchi Meir d’une responsabilité directe, elle a démissionné peu après et Yitzhak Rabin lui a succédé en 1974 à la tête du gouvernement (jusqu’en 1977, il est devenu une nouvelle fois Premier ministre en 1992).

8. La loi israélienne a commencé à imposer des chauffe-eaux solaires à toutes les nouvelles maisons en 1980

La loi a été adoptée à la suite de la crise de l’énergie de la fin des années 70 et a fait d’Israël le pays au monde utilisant le plus d’énergie solaire par habitant.

On estime qu’aujourd’hui que 85 % des ménages israéliens utilisent des systèmes solaires pour l’eau chaude, ce qui correspond à environ 3 % de la consommation d’énergie du pays.

Cependant, Israël est aujourd’hui à la traîne derrière d’autres pays dans la mise en œuvre d’autres solutions d’énergie solaire et un nombre croissant de nouveaux bâtiments en Israël utilisent des failles juridiques qui leur fournissent des exemptions à la loi sur les chauffe-eaux solaires.

9. Le mont Scopus de Jérusalem ne fait techniquement pas partie de la Cisjordanie

Bien que situé à l’Est de Jérusalem, le mont Scopus, où se trouvent l’université hébraïque et l’hôpital Hadassah, est entre les mains d’Israël depuis la création de l’Etat.

Après la guerre d’indépendance, en 1949, le sommet de la colline était contrôlé par les Juifs, mais entouré de Jérusalem-Est sous contrôle jordanien.

Israël a maintenu son enclave sur le mont Scopus en y amenant des troupes et du ravitaillement toutes les deux semaines sous la garde des Nations unies. Les convois étaient souvent soumis à des tirs ennemis arabes, et une attaque a tué en 1958 quatre Israéliens et un soldat de l’ONU. Le mont Scopus a été réunifié avec le reste de la Jérusalem juive après la guerre des Six Jours de 1967.

L'Université hébraique sur le mont Scopus (Crédit : Leeor Bronis/Times of Israel)

L’Université hébraique sur le mont Scopus (Crédit : Leeor Bronis/Times of Israel)

10. On a propose à Albert Einstein la présidence d’Israël

L’offre est venue de David Ben Gourion, en novembre 1952, après la mort du premier président d’Israël, Haïm Weizmann.

Einstein a décliné l’offre, invoquant son âge avancé et son inaptitude à traiter avec les gens.

« Je suis profondément ému par l’offre de notre Etat d’Israël, et à la fois attristé et honteux que je ne puisse pas l’accepter », répondit Einstein, qui ajouta : « ma relation avec le peuple juif est devenue mon plus fort lien humain, depuis que je suis conscient de notre situation précaire parmi les nations du monde. »

Albert Einstein

Albert Einstein (Crédit : autorisation)

Fait intéressant, Ben Gourion a d’abord nié les rumeurs se rapportant à cette proposition. Einstein est mort moins de trois ans plus tard.