Trois jeunes entreprises israéliennes ont été sacrées « Entrepreneurs du futur » par Avi Hasson, Scientifique en chef au ministère de l’Économie, lors d’un discours à l’occasion de la finale d’une émission de télé-réalité.

Tous trois sont les vainqueurs de la compétition «Tech X-Factor » dirigée par le cabinet de Hasson, et qui a pour objectif de récompenser les jeunes entreprises qui proposent les idées les plus prometteuses en matière d’innovation technologique.

Les vainqueurs ont misé sur une nouvelle technique médicale pour détecter les patients susceptibles de développer des ulcères au pied.

La remise des prix, à savoir des récompenses en argent comptant de respectivement 100 000, 75 000, et 50 000 shekels, a eu lieu mercredi à Tel Aviv, pendant le salon de l’innovation MIXiii 2014.

Plus de 150 jeunes entreprises et entrepreneurs individuels ont soumis idées et projets pour cette compétition qui a duré six mois.

Les lauréats ont été choisis pour le produit en lui-même, ainsi que pour sa capacité à traiter des problèmes d’ordre social ou médical.

Le projet se devait d’être potentiellement brevetable et commercialisé à moindre coût. Jugeant de cette compétition, des responsables officiels du programme Tnufa au sein du Bureau du Scientifique en chef, lequel existe spécifiquement pour venir en aide aux créateurs dont les idées novatrices demeurent au stade embryonnaire.

Les projets visaient une série de dispositifs, d’applications et de produits, notamment des dispositifs médicaux, des produits destinés à renforcer la sécurité routière, des applications concernant l’éducation, l’éco-consommation, les loisirs et l’hygiène de vie, la technologie écologique, ainsi que la grossesse et les naissances.

Les lauréats sont sortis vainqueurs après une première sélection qui avait réduit le nombre de projets en lice à dix.

Les lauréats du prix de 100 000 shekels sont Dr Assaf Shachmon et Hagai Ligomsky de L’Université de Tel Aviv, lesquels ont inventé un scanner optique qui reconnaît les patients diabétiques risquant un ulcère au pied.

Il s’agit d’un problème affectant 15 % des patients atteints de diabète, or, dans 84 % des cas, l’ulcère précède l’amputation des parties inférieures de la jambe du patient souffrant de diabète.

L’équipe a développé un système optique qui mesure de façon discrète et automatique les paramètres cliniques qui pourraient mener à la formation d’un ulcère au pied.

Le système traite les données optiques et rend compte du risque encouru par le patient, de telle sorte qu’il devient possible d’anticiper et d’éviter l’ulcère avant sa formation.

Les lauréats du prix de 75 000 shekels ont développé un dispositif appelé HybRead qui améliore l’expérience de la lecture pour les enfants souffrant de troubles déficitaires de l’attention (ADD/ADHD).

Les 50 000 shekels sont revenus à l’équipe qui a développé un dispositif contrôlant les diagnostiques du rythme cardiaque et la fibrillation ventriculaire.

C’est probablement la première fois qu’une technologie permettant de prévenir un ulcère au pied se voit décerner un prix dans une compétition majeure, mais Hasson a affirmé que l’innovation israélienne est parvenue sous diverses formes.

« Une dimension importante de notre travail est de faire de l’innovation une réelle valeur culturelle », dixit Hasson. « Nous prévenons dès le jeune âge et transmettons le message de l’innovation à la population entière, en faisant en sorte que la jeunesse envisage la science et la technologie comme son futur.»

Encourageant le créateur gagnant, Hasson a ajouté que « l’innovation est la principale ressource dont Israël dispose, et notre rôle est d’en faire une vraie valeur culturelle, en commençant très tôt chez les jeunes et en la communiquant à tous. »

« Il est essentiel de miser sur la culture de entrepreneuriat et de l’innovation dans l’objectif de faire prospérer le succès d’Israël, et de le donner pour référence internationale en la matière. »

« En outre, il s’agit également d’un secteur économique qui crée de l’emploi. Nous connaissons tous les parcours réussis de grosses entreprises qui furent établies pas des étudiants, or les entreprises qui ont participé à cette compétition vont contribuer à cette lignée et tradition.»