Le rapport annuel sur la pauvreté a été publié mardi. Il révèle qu’il y a une légère amélioration par rapport à l’année dernière, même si 1,6 million d’Israéliens – dont 756 900 enfants – continuent de vivre sous le seuil de pauvreté.

Les résultats du rapport pour l’année 2013, publié par l’Institut de sécurité sociale, indique que plus de foyers ayant deux personnes qui travaillent sont tombés sous le seuil de pauvreté en 2013. Parmi les ultra-orthodoxes, la disparité financière entre ceux qui sont employés et ceux qui ne travaillent pas n’est que minime.

Le dirigeant du parti travailliste, Isaac Herzog, et la députée, Shelly Yachimovich, utilisent les conclusions de ce rapport pour demander la fin de l’administration Netanyahu. Quant à l’ancien ministre des Finances, Yair Lapid, il salue le progrès économique décrit dans le rapport.

Pour entrer dans la catégorie des pauvres, une personne seule doit gagner moins de 2 989 shekels, un couple moins de 4 783, et une famille de cinq personnes moins de 9 000 shekels.

Selon le rapport, le nombre de ménages pauvres est passé de 19,4 % de la population en 2012 à 18,6 % en 2013 – ce qui fait une différence de 96 000 personnes.

En 2013, il y a eu une augmentation de 0,2 % des ménages où les deux conjoints ont un emploi qui ont chuté en-dessous du seuil de la pauvreté. Le rapport indique également qu’une famille de six membres où les deux parents sont payés au salaire minimum ne peut pas survivre financièrement.

Les taux de pauvreté restent élevés parmi les populations arabe et ultra-orthodoxe, bien que la première ait vu une amélioration de 7 % en 2013 (avec 47,4 % de la population qui est pauvre).

La pauvreté dans la communauté ultra-orthodoxe s’est aggravée en 2013 parmi les chômeurs, le taux de pauvreté est passé de 66 % un an plus tôt à 72,9 %, en partie en raison des fortes réductions des prestations d’aide à l’enfance.

Parmi les membres de ces communautés, qui ont généralement beaucoup de difficultés à s’intégrer dans le marché du travail, ceux qui travaillent gagnent seulement un peu plus que les chômeurs, précise le rapport.

« Parmi les populations où il y a des problèmes d’intégration dans le marché de l’emploi, la différence entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent est minime », indique le rapport. « Cela montre de telles défaillances en termes de salaires qu’il est nécessaire non seulement d’améliorer le système de protection sociale, mais aussi de faire respecter la législation du travail ».

Plus de personnes – aussi bien les hommes que les femmes – ont été employés en 2013, par rapport à l’année précédente. Le nombre d’hommes qui travaillent s’élève à 79,6 % de la population masculine, ce qui représente une hausse de 7,2 % ; le nombre de femmes employées est de 70,3 %, ce qui représente une augmentation de 5,7 %.

En réponse à ce rapport, le candidat au poste de Premier ministre, Herzog affirme que la « crise sociale s’aggrave », ajoutant que la « direction actuelle n’a pas [les bonnes] réponses ».

« La situation va bientôt changer, parce que nous dirigerons le pays avec un ensemble de priorités différentes », explique-t-il.

Yachimovich a déclaré que les « 1 600 000 personnes pauvres mentionnées dans le rapport sur la pauvreté représentent environ 1,6 million de raisons pour ne pas voter Netanyahu ».

« Les niveaux de pauvreté ne sont pas une fatalité ni une calamité de la nature, mais plutôt la conséquence d’une politique systématique du gouvernement et cruelle », assène-t-elle.

Lapid, en revanche, a salué les conclusions de ce rapport, en affirmant qu’il était « fier » du ministre des Affaires sociales Meir Cohen.