Des convois venus d’Algérie et de Jordanie sont entrés dans la bande de Gaza dimanche, chargés d’équipements médicaux destinés à l’ouverture d’un hôpital financé par l’Algérie à Khan Younes (sud), a annoncé un responsable du Hamas.

Les 14 membres de la délégation algérienne ont apporté pour un montant total de 2 millions de dollars (1,4 million d’euros) d’équipements et de médicaments, a ajouté Alaa el-Batta lors d’une conférence de presse au point de passage avec l’Egypte de Rafah.

« Nous avons apporté 253 sortes de médicaments et 144 appareils médicaux », a précisé Cheikh Yahya Sarri, le chef de la délégation algérienne.

Kifah Al Amaryah, à la tête du convoi jordanien baptisé « Des kilomètres de sourires », a expliqué qu’il venait avec ses 19 compatriotes pour continuer une centaine de projets humanitaires dans différentes villes de la bande de Gaza, et lancer un programme de formation professionnelle à Khan Yunis.

Le terminal frontalier de Rafah est l’unique accès au territoire palestinien qui ne soit pas contrôlé par Israël.

Depuis le mois de juillet et la destitution du président égyptien Mohamed Morsi par l’armée, les nouvelles autorités au Caire ferment très régulièrement le passage. Elles ne l’ouvrent qu’épisodiquement, notamment pour laisser passer des convois humanitaires.

Les relations entre l’Egypte et le Hamas se sont nettement détériorées depuis la destitution le 3 juillet de Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, dont est issu le mouvement islamiste palestinien.

La bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, compte trois terminaux frontaliers en activité: deux avec Israël, Erez pour les personnes et Kerem Shalom pour les marchandises, et un avec l’Egypte, Rafah, pour les personnes.