VARSOVIE, Pologne – Plus de 2 millions de personnes venues du monde entier ont visité le musée d’Auschwitz en 2016.

Les 2 053 000 de visiteurs constituent un record dans l’histoire du musée, qui marquera cette année le 70e anniversaire de sa création, a-t-on expliqué dans un communiqué sur le site internet du musée.

Le top 10 des visiteurs par pays était la Pologne, avec 424 000 visiteurs ; le Royaume-Uni avec 271 000 ; les Etats-Unis avec 215 000 ; l’Italie avec 146 000 ; l’Espagne avec 115 000 ; Israël avec 97 000 ; l’Allemagne avec 92 000 ; la France avec 82 000 ; la République Tchèque avec 60 000 ; et la Suède avec 41 000.

Ces chiffres incluent 61 000 visites organisées, et des visites individuelles menées par des guides du musée pour 310 736 personnes, selon le musée. En outre, environ 150 équipes de tournage ont produit des documentaires au musée et au mémorial l’année dernière.

« Dans le monde d’aujourd’hui, déchiré par les conflits, avec l’augmentation du sentiment d’insécurité et le renforcement des voix populistes dans le discours public, il est nécessaire d’entendre à nouveau les avertissements les plus sombres du passé », a déclaré Piotr Cywinski, directeur du musée, dans un communiqué annonçant les chiffres du musée pour 2016.

Le pape François sort de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz, à Oswiecim, en Pologne, le 29 juillet 2016. (Crédit : Janek Skarzynski/AFP)

Le pape François sort de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz, à Oswiecim, en Pologne, le 29 juillet 2016. (Crédit : Janek Skarzynski/AFP)

La semaine dernière, une organisation polonaise luttant pour les droits des pères a comparé Auschwitz à l’obligation de payer une pension alimentaire.

Sur son site internet, le groupe a publié une photo du portail d’entrée du camp, où le signe « Arbeit macht frei », qui signifie « Le travail libère », a été modifié en « Le travail pour payer la pension alimentaire libère ».

Les pères demandent l’arrêt de l’obligation de payer des allocations pour les hommes qui luttent pour obtenir la garde de leurs enfants.

Des lycéens israéliens pendant la Marche des Vivants à Auschwitz, en Pologne, le 16 avril 2015. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Des lycéens israéliens pendant la Marche des Vivants à Auschwitz, en Pologne, le 16 avril 2015. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Le musée a protesté sur Facebook, et a demandé le retrait du montage photo.

« L’utilisation et l’instrumentalisation de la tragédie d’Auschwitz est triste et inappropriée, et douloureuse pour de nombreuses personnes, y compris pour ceux qui ont survécu au cauchemar d’Auschwitz », lisait-on dans le post de Facebook.