Pour réagir à la résolution controversée de l’UNESCO, qui ignore les liens qui unissent le peuple juif au mont du Temple à Jérusalem, des ministres de Likud ont proposé d’établir un nouvel organe gouvernemental qui préserverait le lieu saint et informerait sur l’Histoire juive de lieu.

Proposé par la ministre de la Culture Miri Regev et le ministre de la Protection environnementale, de Jérusalem et de l’Intégration Zeev Elkin, ce projet prévoit un budget annuel de 2 millions de shekels pour créer une Fondation du patrimoine du mont du Temple, qui sera chargée de « la recherche, l’information et la promotion » des liens juifs du site.

Comme indiqué par Yedioth Aharonoth lundi, le nouvel organe sera basé sur la Fondation du patrimoine du mur Occidental financée par l’État, qui gère le site adjacent au mont du Temple.

« Ces dernières années, l’État d’Israël fait face à une campagne de désinformation basée sur une déformation de l’histoire, de la tradition et de la culture du peuple juif », peut-on lire dans l’explication qui accompagne le projet, que le Times of Israel a pu se procurer.

« L’un des points culminants de cette tendance a été la résolution adoptée en octobre 2016 par l’UNESCO, qui a tenté de réduire à néant les liens qui unissent le peuple juif au mont du Temple. À la lumière de cette tendance, le gouvernement israélien se sent responsable d’éviter cette désinformation et déformation de la vérité historique.

Vue aérienne du mont du Temple. (Crédit : Nati Shoahat/Flash90)

Vue aérienne du mont du Temple. (Crédit : Nati Shoahat/Flash90)

La résolution controversée de l’UNESCO a employé uniquement les dénominations arabes des lieux saints de la Vieille Ville de Jérusalem et a été très critique à l’égard d’Israël par ses « agissements provocateurs qui violent le caractère sacré et l’intégrité » de la région.

Les députés de droite comme de gauche ont fustigé cette décision et ont accusé la branche culturelle de l’ONU d’antisémitisme. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait qualifié cette résolution d’absurde, et le président Reuven Rivlin l’avait décrit comme une « honte » pour l’UNESCO.

La poudrière qu’est le mont du Temple, est administrée par les autorités jordaniennes. C’est le lieu le plus saint du judaïsme, vénéré par les juifs comme étant le lieu où se tenait les temples bibliques.

Les musulmans l’appellent le Noble Sanctuaire, et croient que c’est de cet endroit que le prophète Muhammad est monté au ciel. C’est le troisième lieu saint de l’islam, et il accueille la Mosquée d’al-Aqsa et le Dôme du Rocher.

Les Palestiniens ont souvent accusé Israël de vouloir changer les accords en vigueur depuis 1967, qui stipulent que les juifs sont autorisés à se rendre sur le lieu, mais pas à y prier.

La ministre de la Culture Miri Regev présente le logo qui sera utilisé pour le Jubilé de Jérusalem, durant une réunion du cabinet le 5 mars 2017, à la Knesset. (Crédit : autorisation)

La ministre de la Culture Miri Regev présente le logo qui sera utilisé pour le Jubilé de Jérusalem, durant une réunion du cabinet le 5 mars 2017, à la Knesset. (Crédit : autorisation)

La semaine dernière, Regev a dévoilé le logo de la journée officielle du Jubilé de Jérusalem, qui aura lieu en juin, qui montre un drapeau israélien flottant au-dessus des murs de la Vieille Ville et du mont du Temple, accompagné du slogan : « 50 ans depuis la libération de Jérusalem ».

Regev a affirmé qu’elle avait insisté sur l’emploi du terme « libération » au lieu de « réunification » dans le logo pour contrer les initiatives visant à nier les liens qui unissent Jérusalem au peuple juif.

Regev a également souligné qu’une partie de l’image montrait « un drapeau israélien qui est revenu flotter au-dessus des murs de la Vieille Ville, du mur Occidental et du mont du Temple ».

Après la tentative d’assassinat contre l’activiste (et actuel député du Likud) Yehuda Glick, Netanyahu a de nouveau indiqué qu’il maintiendrait le statu quo sur le site.

Dans un communiqué diffusé lundi, Glick a salué le projet de la Fondation du patrimoine du mont du Temple et a affirmé avoir personnellement parrainé sa création.

« Nous devons affirmer clairement que le mont du Temple est un patrimoine de l’Histoire du peuple juif et du retour à la terre depuis les débuts du sionisme », a-t-il dit.