RIO DE JANEIRO — Vingt recteurs d’universités majeures de toute l’Amérique Latine ont signé des accords avec l’université hébraïque de Jérusalem au cours d’une conférence, la première de son genre, qui laisse présager d’une coopération universitaire croissante.

Le président de l’université hébraïque, le professeur Menahem Ben-Sasson, a ainsi accueilli des représentants d’institutions situées en Argentine, en Bolivie, au Brésil, au Chili, en Colombie, au Costa Rica, en République dominicaine, en Equateur, au Honduras, au Nicaragua, au Paraguay, au Pérou, en Uruguay et au Venezuela. Il leur a présenté les différentes facultés et la recherche présentes au sein de l’université hébraïque.

Parmi les participants à cette conférence qui a eu lieu la semaine dernière se trouvaient des diplomates étrangers et des représentants du ministère des Affaires étrangères israélien, qui avait co-organisé l’événement aux côtés de l’Institut Harry S. Truman pour la paix de l’université hébraïque.

« Cela a été un rassemblement très productif et nous espérons qu’il mènera à de nombreuses collaborations fructueuses avec les universités d’Amérique Latine », a commenté Naama Shpeter, directeur exécutif de l’Institut Truman et partenaire de l’événement.

L’un des points forts de la visite des recteurs a été la rencontre organisée avec le président Reuven Rivlin dans sa résidence officielle de Jérusalem.

L’université hébraïque de Jérusalem est la première institution en termes de recherche et d’enseignement en Israël. Elle est classée parmi les 100 meilleurs universités du monde. Elle a été fondée en 1918 par des visionnaires, dont Albert Einstein. L’université hébraïque produit un tiers de toute la recherche civile d’Israël.