Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été pris à parti lors de la réunion hebdomadaire de la faction du Likud par des proches endeuillés d’Israéliens morts dans des attentats terroristes sur les routes de Cisjordanie. Ils ont réclamé plus de financement pour des routes de contournement qui permettraient d’éviter des secteurs palestiniens ainsi que des structures améliorées.

« Pendant 20 minutes, j’ai attendu dans la zone », a expliqué Hadas Mizrahi, se référant à la panne internet survenue sur la route après la mort de son mari des suites des coups de feu qui avaient été tirés depuis une voiture à proximité de Hébron, en 2014.

Adva Bitton, dont la fille Adèle avait été grièvement blessée avant de mourir après que sa voiture a été prise pour cible par des jets de pierre sur une route de Cisjordanie, causant un accident, s’est également adressée au Premier ministre.

Netanyahu a expliqué qu’il venait d’allouer 200 millions de shekels pour achever les routes de contournement à Qalandiya et à Beit Aryeh après avoir rencontré le ministre des Finances Moshe Kahlon.

Il a noté que 600 millions de shekels supplémentaires seront ajoutés au budget 20019 pour financer des routes et de l’éclairage.

Mais le Premier ministre a souligné qu’il devait « préparer le terrain » pour l’opinion internationale avant de passer à l’action.

« Depuis un an, nous n’avons eu aucune condamnation », a dit Netanyahu, évoquant les constructions en Cisjordanie. « Ce n’est pas une coïncidence, c’est ce qui résulte du fait d’écouter l’opinion publique ».

Il a expliqué que le gouvernement s’est « clairement engagé » à résoudre la question de la sécurité sur les routes de Cisjordanie, mais a précisé que « nous ne nous contentons pas de parler, nous agissons ».

Les proches des victimes du terrorisme et les chefs des mouvements pro-implantations font une grève de la faim aux abords du domicile de Netanyahu pour réclamer l’allocation immédiate du financement.