Deux douzaines de projectiles du type grenades à fusil et des milliers de balles ont été volées sur une base de l’armée israélienne dans le nord du pays dans le deuxième incident similaire survenu depuis le début du mois.

L’effraction a été découverte dans une réserve à munitions de la base mardi.

Une enquête initiale a montré que 24 grenades à fusil et environ 2 000 balles de 5,56 millimètres – celles qui sont utilisées dans la plus grande partie des fusils d’assaut de l’armée israélienne, dont des variantes du M-16, du Tavor et du Galil – ont disparu, a rapporté la Deuxième chaîne. Les grenades à fusil sont adaptées au lanceur de grenade M-203, qui est monté sous le canon d’un fusil d’assaut.

La police militaire a ouvert une enquête.

Le reportage n’a pas précisé si ce vol avait été commis sur la même base que celle qui a été frappée au début du mois.

Le 2 octobre, l’armée avait indiqué que divers armements militaires avaient été volés sur une base du nord d’Israël, la veille du jour où le vol avait été découvert ou la nuit précédente.

Parmi ces équipements dérobés, des mines anti-tanks, des munitions pour les fusils d’assaut, des charges explosives et des détonateurs.

Les soldats qui servaient sur la base avaient découvert des signes d’effraction sur l’armurerie, et il s’était avéré que des armes manquaient.

« La police militaire et les commandants [de la base] ont ouvert une enquête sur l’incident », avait dit l’armée à ce moment-là.

Pendant des années, l’armée a lutté pour empêcher les voleurs de parvenir à dérober des armements militaires. Les fusils, les explosifs et – occasionnellement – les missiles qui sont dérobés finissent généralement entre les mains du crime organisé et des terroristes.

Au début de l’année, presque trois douzaines de fusils d’assaut de type M-16 ont été volées sur une base du sud d’Israël, l’armée a fait savoir qu’elle investirait des ressources supplémentaires pour renforcer la sécurité de ses armureries.