Vingt-quatre Arabes-Israéliens accusés d’avoir participé aux violences consécutives à la mort d’un jeune tué par les policiers devaient être présentés lundi à un juge pour la prolongation éventuelle de leur garde à vue, a indiqué la police.

Dix d’entre eux sont mineurs, a précisé une porte-parole de la police.

Ils sont soupçonnés d’avoir pris part dimanche à des affrontements avec les policiers lors de maifestations dans le secteur de Kfar Kanna, près de Nazareth, au nord d’Israël.

Ces manifestations faisaient suite à la mort de Kheir Hamdane, 22 ans, abattu par les policiers alors qu’il s’opposait à l’arrestation d’un proche.

Les Arabes israéliens étaient jusqu’alors restés à l’écart de la flambée de violences qui secouent chaque jour Jérusalem-Est et la Cisjordanie. Mais avec la mort de Kheir Hamdane, Kfar Kanna s’est embrasé et les villes arabes d’Israël ont rejoint la protestation.

Un Israélien a été attaqué dimanche soir par un groupe près de la localité arabe israélienne de Taibeh, au nord de Tel Aviv, a indiqué la police. Il a été tiré par d’autres habitants de ce que les médias ont présenté comme un quasi-lynchage. Sa voiture a été incendiée. Le chauffeur a été remis à des policiers déployés dans le secteur, sans être blessé, a rapporté la police.