Un homme blanc septuagénaire a tué dimanche trois personnes dans un centre communautaire et une maison de retraite juifs au Kansas (centre des États-Unis), avant d’être interpellé par la police.

Le chef de la police d’Overland Park, petite ville située à proximité de Kansas City, s’est refusé à qualifier à ce stade d’antisémite l’équipée meurtrière du suspect, arguant lors d’une conférence de presse qu’il était « trop tôt dans l’enquête ».

Des témoins cités par des médias américains, ont dit avoir entendu l’homme crier « Heil Hitler » lors de son interpellation, qui s’est déroulée sans violence.

Le chef de la police, John Douglass, s’est refusé à confirmer cette information.

« Manifestement, avec un tel acte de violence dans deux centres juifs, on peut se poser la question », du caractère antisémite de la fusillade, qui est un axe d’enquête, a-t-il convenu.

Le suspect a fait « plusieurs déclarations » dans la voiture de police qui l’emmenait au commissariat, a-t-il ajouté, sans toutefois en préciser la teneur.

Le président Barack Obama a condamné cette attaque « horrible » et présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Armé d’un fusil à pompe

Les faits se sont produits en début d’après-midi. Les premiers appels aux services de secours ont été enregistrés à 13H03 locales (18H03 GMT) quand le suspect a ouvert le feu à l’arrière du Centre communautaire juif de l’agglomération de Kansas City et tué deux personnes, dont un adolescent.

Selon le rabbin Herbet Mandl, aumônier de la police d’Overland Park, l’homme a demandé à ses victimes si elles étaient juives avant de tirer.

Quelque 75 personnes, dont de nombreux enfants qui auditionnaient pour une compétition télévisée de chant, se trouvaient alors dans le centre communautaire, qui est équipé d’un théâtre.

Le tireur présumé était armé d’un fusil à pompe, mais la police considère qu’il pourrait avoir également eu en sa possession une arme de poing et un fusil d’assaut.

Le suspect « n’est pas du Kansas » et n’était pas connu de la police, a indiqué John Douglass tout en refusant de dévoiler son identité.

Le septuagénaire a ensuite rapidement quitté les lieux à bord de sa voiture pour se rendre dans une maison de retraite avoisinante nommée Village Shalom.

Sur place, il a tué une septuagénaire, dont on ne sait pas si elle était résidente de la maison de retraite.

Au total, le suspect a fait feu sur cinq personnes, en ratant deux et en tuant les trois autres, a résumé le chef de la police.

« Nous n’avons pas d’indication qu’il connaissait les victimes », a ajouté John Douglass.

Le FBI, qui participe à l’enquête sur cette fusillade, a recensé 674 incidents à caractère antisémite en 2012 sur le territoire américain, un chiffre stable par rapport à l’année précédente.

Ce chiffre représente près des deux-tiers des incidents classés comme anti-religieux.

Les incidents à caractère anti-religieux ne représentent qu’un cinquième des crimes et délits qualifiés de « haineux » par le FBI, contre près de la moitié pour les incidents à caractère racial.

Dans un communiqué, le Conseil pour les relations islamo-américaines (CAIR), la plus grande association musulmane de défense des droits civiques aux États-Unis, a fait part de sa « solidarité » avec la communauté juive américaine.

« Nous sommes attristés par cet acte brutal de haine. Les Américains de toutes les croyances doivent se réunir pour rejeter ces idéologies extrémistes qui peuvent déboucher à de tels actes inexcusables et impensables », affirme le CAIR.