Trois Palestiniens ont été tués mardi dans un raid israélien dans le sud de la bande de Gaza, ont annoncé des sources médicales dans le territoire gouverné par le Hamas, le Jihad islamique et l’armée israélienne, précisant qu’il s’agissait de combattants de ce mouvement radical.

« Une frappe sioniste a fait trois martyrs à l’est de Khan Younès », près de la frontière avec Israël, a déclaré à l’AFP un porte-parole des services d’urgences de Gaza, Achraf al-Qoudra, après avoir initialement indiqué que le raid s’était produit près de Rafah, un peu plus au sud.

“Une riposte rapide et des capacités opérationnelles sont la clé pour combattre les activités terroristes initiées contre Israël et ses forces,” a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne Lt. Col. Peter Lerner.

“Les terroristes doivent avoir conscience qu’il y a un prix à payer quand ils participent à une agression.”

Plus tôt dans la matinée, un drone des forces aériennes israéliennes s’est écrasé au sud de la bande de Gaza, à 500 mètres de la frontière avec Israël, en raison de problèmes techniques sur l’appareil.

La branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, a annoncé dans un communiqué : « trois combattants des Brigades Al-Qods sont tombés en martyrs dans un bombardement sioniste en faisant face à une incursion à l’est de Khan Younès », précisant qu’ils avaient « tiré au mortier » sur les forces israéliennes.

L’armée israélienne a confirmé le raid dans un communiqué, affirmant que « des terroristes appartenant au Jihad islamique dans le sud de la bande de Gaza avaient tiré un obus de mortier sur les forces israéliennes ».

« Un avion de l’armée de l’air israélienne a immédiatement répliqué afin de prévenir de nouvelles attaques contre les civils israéliens », selon le texte.

AFP a contribué à cet article.