Trois parachutistes Israéliens ont été tués à Khan Younis mercredi tôt, portant le nombre de morts dans l’armée à 32 depuis que l’armée israélienne a débuté son opération terrestre à Gaza la semaine dernière, a déclaré l’armée.

Peu après 7 heures ce matin là, les parachutistes, de la brigade d’élite de la compagnie de démolition, sont entrés dans une maison piégée à Khan Younis. Les combattants du Hamas à proximité ont actionné la charge explosive, entrainant l’effondrement d’une aile du bâtiment. L’homme armé a alors ouvert le feu sur les troupes, tuant 3 personnes et blessant grièvement 3 autres.

Les soldats tombés sont le Lieutenant Paz Eliahou, âge de 22 ans, venant du Kibboutz Evron ; le Sergent Li Mat, 19 ans, d’Eilat et le Sergent Shahar Dauber, 20 ans, du Kibboutz Ginegar.

Deux soldats ont été sérieusement blessés et dix légèrement.

Les parachutistes ont continué à se battre la journée, découvrant des tunnels supplémentaires portant le nombre de tunnels traversant la frontière, découverts à 30 et jusqu’à 70 conduits d’entrée, selon un porte-parole de l’armée.

De plus, l’armée a bombardé l’hôpital Al-Wafa à Gaza City, parlant d’ « une enceinte militaire du Hamas ».

L’armée a déclaré qu’il y avait un centre de contrôle et de commandement dans l’hôpital, un poste d’observation utilisé pour surveiller l’armée israélienne et plusieurs conduits d’accès à un réseau de tunnels sous l’hôpital.

Mardi, l’hôpital a été évacué de ses patients et de son personnel, a expliqué l’armée, mais il était toujours utilisé par les tireurs du Hamas, qui ont continué à tirer sur les forces israéliennes. Mercredi, avant la frappe aérienne, l’Administration de coordination et de liaison à Gaza a confirmé que l’hôpital était vidé de ses patients et de son personnel.

La frappe a déclenché des explosions secondaires massives, prouvant la thèse de l’armée selon laquelle il y aurait une cache d’armes, probablement des roquettes, sous l’hôpital.

Toujours mercredi, l’armée a frappé 82 cibles à l’intérieur de Gaza alors que les terroristes de la bande avaient tiré 80 roquettes sur Israël ; 17 ont été détruites, le reste est tombé dans des terrains vagues.

Dans le même temps, le service de sécurité du Shin Bet a annoncé qu’il avait réussi, avec l’armée, à tuer ou neutraliser quatre commandants du Jihad islamique palestinien de plus ou moins haut-rang, tous dans la région de Khan Younis.

Selon le Shin-Bet, il s’agit du commandant de Khan Younis de l’organisation, Akram Shaar, qui était derrière une série d’attaques contre des soldats Israéliens et en charge de tirs de roquette depuis la zone ; Mahmoud Ziada, un résident de Jabalya, qui a servi comme commandant de bataillon dans le secteur nord ; Sha’aban Dahduh, de Gaza City, également commandant de bataillon, que le Shin Bet a qualifié d’ « à attraper » ; et Saïd Ma’amar, encore commandant de bataillon dans la brigade de Rafah.

Selon l’armée israélienne, 210 combattants Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes depuis le début de l’opération terrestre, démarrée jeudi dans la nuit, avec parmi eux plusieurs officiers de haut-rang du Hamas, notamment le commandant de l’unité de surveillance du mouvement.

Une source sécuritaire israélienne haut-placée a affirmé mercredi que la capacité de fabrication de roquettes du Hamas avait pris un sérieux coup avec l’opération militaire israélienne dans l’enclave palestinienne.