Trente législateurs ont interpellé le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour qu’il écarte un nouveau projet de loi émanant du parti Shas qui interdirait la prière mixte au mur Occidental, lui demandant au contraire de mettre un oeuvre un plan déterminant la prière égalitaire sur ce lieu saint juif.

Les parlementaires, dans leur majorité issus des partis de l’opposition, ont envoyé une lettre jeudi à Netanyahu qui établit que la loi proposée par le parti ultra-orthodoxe « divise le peuple juif et perpétue la discrimination contre les courants Conservateur et Réformé et ce, sur la terre même d’Israël ».

L’initiative a été lancée par le député issu de l’Union sioniste Nachman Shai, qui a également vivement recommandé au gouvernement d’appliquer une loi approuvée en janvier 2016 et autorisant les prières mixtes sur ce lieu saint.

La législation affirmait qu’Israël développera la plate-forme temporaire, connue sous le nom d’Arche de Robinson et adjacente à la place de prière ultra-orthodoxe et la définira en tant qu’espace réservé à la prière égalitaire.

“Le gouvernement doit honorer ses décisions”, a dit Shai, président du Lobby pour le Renforcement du peuple Juif à la Knesset. « Israël est en train de défaire sa connexion stratégique et vitale avec la communauté juive américaine, laissant des millions de Juifs blessés et désappointés ».

Nachman Shai, député de l'Union sioniste. (Crédit : Flash90)

Nachman Shai, député de l’Union sioniste. (Crédit : Flash90)

Les signataires sont en premier lieu des membres libéraux ou laïques issus des partis de l’opposition comme l’Union sioniste, Yesh Atid et le Meretz, ainsi que des membres de la coalition – Yehuda Glick du Likud et Merav Ben-Ari‎‎‎‎ de la formation Koulanou.

Glick est connu comme étant un avocat de la liberté de prière pour tous, pas seulement au mur Occidental mais également sur le mont du Temple.

La législation proposée par le Shas, approuvée également par le Parti unifié de la Torah, ainsi que par Oren Hazan, Dudi Amsalem et Miki Zohar du Likud et Betzalel Smotrich, Moti Yogev et Nissan Slomianksy de Habayit Hayehudi, qui a été officiellement déposée au début du mois, ancrerait la pratique orthodoxe dans la loi à travers tout le site du mur Occidental et ses alentours.

La proposition imposerait une interdiction d’un certain nombre de pratiques, dont la prière mixte à l’Arche de Robinson, où le gouvernement a promis d’ériger un lieu de prière pour les Juifs Réformés et Conservateurs. La construction de la place égalitaire a été suspendue depuis qu’elle a été annoncée au mois de janvier en raison, selon des informations, des pressions exercées par les partis politiques Haredim.

Malgré la longue liste de membres de la coalition qui soutiennent le projet de loi et le besoin, pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu, d’apaiser ses partenaires, la législation ne devrait probablement pas être adoptée, des courants d’opposition ayant émergé au sein du parti Koulanou, lui-même membre de la coalition.

De plus, les formations ultra-orthodoxes, dans les accords de coalition, ont signé une disposition affirmant que la coalition n’avancera aucune législation qui viendrait modifier le statu-quo existant au niveau religieux.