Le Times of Israel propose un « liveblogging » des événements, lundi 11 août, au 35ème jour de l’opération Bordure protectrice. Dans la nuit de dimanche à lundi, un nouveau cessez-le-feu de 72h est entré en vigueur. Israël a envoyé ses négociateurs au Caire pour des pourparlers pour un arrangement de long-terme alors que le cessez-le-feu est officiel.

Fin du direct

Cisjordanie : un Palestinien recherché éliminé par l’armée israélienne

Un membre du Fatah, le parti du président de l’AP Mahmoud Abbas, qui était recherché par Israël a été tué lundi par des soldats près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, ont indiqué des témoins.

Zacharia Akra, âgé de 24 ans, a été tué dans des échanges de tirs alors qu’il était retranché dans sa maison encerclée par des soldats israéliens, ont précisé ces témoins.

Le jeune homme était accusé d’être responsable d’attaques contre des soldats israéliens, a indiqué la radio publique israélienne, sans fournir plus de précisions.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de l’armée n’a pas confirmé l’affrontement dans un premier temps.

– AFP

Le Hamas a exécuté des dizaines d' »hommes de tunnels »

Le Hamas a tué des dizaines d’hommes responsables de son vaste réseau de tunnels au cours des dernières semaines, craignant que les travailleurs puissent révéler les emplacements de ces sites à Israël, a fait savoir un rapport du site Mako (sur un blog consacré à l’armée).

Les « tunneliers » dont beaucoup ont construit les tunnels au cours des derniers mois, creusaient pour 8 à 12 heures par jour, et recevaient un salaire mensuel de 150 à 300 dollars.

Des sources provenant de Gaza disent que le Hamas a pris une série de mesures pour empêcher que des informations puissent être obtenues par Israël. Les tunnels ont été strictement encadrés par des membres du Hamas, et les civils qui les ont creusés ont été maintenus loin des sites.

M., un ancien tunnelier et qui a coopéré avec Israël, a fait savoir au site que le Hamas fouille à nu les travailleurs pour s’assurer qu’ils n’avaient pas d’appareils d’enregistrement ou de caméras cachées sur eux.

« Les gens que nous avons rencontrés avaient leurs visages couverts, personne ne les connaissait par leur nom, il n’y avait que des codes et des prénoms. Ils ne veulent pas prendre le risque que certains d’entre eux collaborent avec Israël » a-t-il dit.

Après que les tunnels ont été achevés, des dizaines de tunneliers auraient été exécutés pour éviter les fuites de renseignements .

« Toute personne qu’ils soupçonnaient de transmettre des informations à Israël sur les tunnels a été tuée par l’aile militaire » affirme une autre source. « Ils étaient très cruels ».

Un article du « Journal of Palestine Studies » de 2012 affirme que 160 enfants palestiniens ont été tués tout en travaillant sur ​​le système de tunnels du Hamas.

Yaakov Peri : les pourparlers du Caire devraient être élargis

Le ministre de la Science et de la Technologie Yaakov Peri a affirmé au Washington Post que les pourparlers du Caire devraient être élargis, une fois les questions de la réhabilitation et du cessez-le-feu de Gaza résolues, des pourparlers de paix israélo-palestiniens sur la base de l’Initiative de paix arabe.

Il appelle la Jordanie, l’Arabie saoudite, et un certain nombre d’États du golfe Persique à envoyer des représentants au Caire pour ces négociations, qui comprennent également la résolution des problèmes régionaux les plus importants et la lutte contre l’islam radical au Moyen-Orient.

« Prenons l’initiative saoudienne, et nous allons essayer de négocier un plan pour mettre fin au différend israélo-arabe » a-t-il déclaré. « Dans ce cadre, il sera plus facile de traiter avec les Palestiniens sur des négociations bilatérales, qui ont échoué ».

Le ministre des Sciences et des technologies Yaakov Peri, un ancien chef du Shin Beth (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

Le ministre des Sciences et des technologies Yaakov Peri, un ancien chef du Shin Beth (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

Israël a rejeté à plusieurs reprises le cadre soutenu par la Ligue arabe, qui comprend une évacuation israélienne complète de la Cisjordanie, Jérusalem-Est, et le « droit au retour » des Palestiniens, mais Peri est assez confiant dans le fait que les détails puissent être résolus – et il ajoute que Netanyahu est en faveur de l’idée.

« Israël n’a pas besoin d’accepter le contenu de l’initiative dans son intégralité, et il y a de grandes questions qui devraient être examinées en profondeur », écrit Peri.

« Cependant, le temps est venu pour Israël de reconnaître l’importance de cette étape, de déclarer qu’il est disposé à entamer une discussion sur l’initiative et de prendre des mesures pour tirer parti des avantages stratégiques locaux et régionaux ».

Répression des Frères musulmans : l’Egypte interdit l’entrée à HRW

Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que son directeur a été interdit d’entrer en Egypte où il devait présenter un rapport de son organisation sur la sanglante répression visant les partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l’armée il y a un an.

L’organisation internationale de défense des droits de l’Homme basée à New York qualifie notamment de « probables crimes contre l’Humanité » la dispersion sanglante par la police et l’armée le 14 août 2013 de deux rassemblements de partisans de M. Morsi, qui ont fait officiellement quelque 700 morts en une journée parmi les manifestants.

Le directeur exécutif de HRW, Kenneth Roth, ainsi que la directrice de l’organisation pour le Moyen Orient Sarah Leah Whitson, ont été retenus dimanche soir 12 heures durant à leur arrivée à l’aéroport du Caire, avant de se voir refuser un visa d’entrée pour « raisons de sécurité », écrit Mme Whitson sur son compte Twitter.

Ils devaient présenter mardi à la presse au Caire un rapport de 195 pages pour marquer le premier anniversaire du « massacre de Rabaa al-Adawiya et des tueries de masse de manifestants en Egypte ».

« Le bilan du massacre de Rabaa est comparable à ceux de Tiananmen et Andijan », la répression sanglante en 2005 dans cette ville d’Ouzbékistan, écrit lundi matin Kenneth Roth dans un tweet.

Abdel Fattah al-Sissi lors de sa première interview télévisiée (Crédit : AFP/STR)

Abdel Fattah al-Sissi lors de sa première interview télévisiée (Crédit : AFP/STR)

Aharonovitch : peu probable que les pourparlers du Caire puissent entraîner un accord

Le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a affirmé que, d’après lui, les chances sont faibles que les négociations du Caire produisent une entente à long terme.

« Il y a une petite chance qu’un accord soit atteint, mais à ma connaissance, après les 72 heures, les tirs reprendront et il faudra se tourner vers la prochaine étape, qui est l’étape décisive », a-t-il précisé à Ynet, dans une référence apparente au fait de renverser le Hamas par la force.

Aharonovitch ajoute qu’il faudrait « un magicien » pour assurer un arrangement durable.

Le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)

Le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)

Un professeur israélien demande une commission d’enquête sur l’opération

Un professeur israélien de premier plan exhorte le gouvernement à mettre en place immédiatement une commission d’enquête dans le but de tirer les leçons de l’opération « Bordure Protectrice » et des combats dans la bande de Gaza.

Yehezkel Dror, un membre de la Commission Winograd 2008, qui a sévèrement critiqué le manque de préparation du gouvernement et les échecs tactiques et logistiques de l’armée israélienne contre le Hezbollah pendant la deuxième guerre du Liban de 2006 a dit dans une série d’entretiens lundi que ce conflit interminable à Gaza, et que le refus du Hamas de stopper les tirs de roquettes, suggèrent que l’armée doit trouver de nouvelles stratégies de combat.

« Je ne suis pas un membre du cabinet de sécurité et je n’ai pas accès à des informations classifiées, je ne peux pas donner des notes, ou de savoir s’il y avait des défauts [pendant l’opération] », a dit Dror dans une interview à la Deuxième chaîne.

« Cependant, il est clair qu’il y a beaucoup de leçons à tirer, il y a des problèmes dont tout le monde parle ».

Yehezkel Dror (Capture d'écran)

Yehezkel Dror (Capture d’écran)

Israël a accepté un cessez-le-feu en 2012 car il était à court de munitions

Ronen Bergman, un journaliste israélien, écrit dans un édito du New York Times qu’Israël a négocié une trêve avec le Hamas lors de l’opération « Pilier de Défense » en 2012, car il a manqué de missiles pour le Dôme de fer en vue de protéger ses citoyens.

« Israël a accepté un cessez-le-feu au début, pour une raison qui est resté un secret bien gardé : le système de défense anti-missile Dôme de fer, généreusement financé par les Etats-Unis, était à court de munitions. Israël a appris la leçon et fait en sorte que des quantités suffisantes de missiles pour le Dôme de fer soient disponibles cette fois-ci » écrit-il.

Les Yankees invite de futurs soldats de Tsahal à assister à un match

Le président des Yankees de l’État de New York Randy Levine et sa femme, Mindy, invitent environ 40 jeunes hommes et femmes qui se déplaceront en Israël et serviront dans l’armée israélienne dans un avenir proche à un match de baseball.

Ataï Shelach : Le Hezbollah a des tunnels dans le nord

Le Colonel (rés.) Ataï Shelach, ancien commandant de l’unité d’élite Yahalom, dit au site web de nouvelles Walla, qu’il est certain qu’il y a des tunnels transfrontaliers dans le nord d’Israël.

« Ceux qui pensent que [la menace des tunnels] n’existe pas dans le Nord, ne vit pas au Moyen-Orient. Le Hezbollah, lui aussi, a été et continue d’être engagé dans [ces tunnels] », dit-il.

Les déclarations de Shelach viennent quelques heures après celles de Yair Golan, le chef du Commandement du Nord dans l’armée israélienne, qui affirme « ne pas être au courant de la menace de tunnels terroristes du Liban en Israël. »

Shelach ajoute que la menace du tunnel ne fait que commencer, mais souligne qu’il s’agit d’une technologie de détection de tunnel fiable sera bientôt développée.

En ce qui concerne les tunnels du Hamas dans la bande de Gaza, il dit qu’il n’était « pas surpris » par le nombre de tunnels, mais il a été surpris par le niveau de sophistication opérationnelle et l’utilisation de motos de l’organisation terroriste.

Au cours de l’opération terrestre, les troupes de Tsahal découvrent des motos planquées dans les tunnels destinées à être utilisées pour commettre des attentats et des enlèvements contre des civils israéliens.

Gaza : les négociateurs israéliens arrivent en Egypte

La délégation de négociateurs israéliens est arrivée lundi au Caire pour un nouveau round de pourparlers indirects avec les Palestiniens pour tenter de transformer un cessez-le-feu de 72 heures en trêve durable dans la bande de Gaza, ont annoncé des responsables égyptiens.

Après un premier cessez-le-feu de trois jours entre mardi et vendredi, une nouvelle trêve de même durée est entrée en vigueur lundi à 00h01 (21h01 GMT), mais les médiateurs égyptiens ont appelé l’Etat hébreu et les Palestiniens à s’assoir à nouveau à la table des négociations pour tenter de mettre un terme aux combats qui ravagent l’enclave palestinienne depuis le 8 juillet.

– AFP

Le passage de Kerem Shalom rouvre

Le ministère de la Défense Moshe Yaalon annonce que le passage de Kerem Shalom a rouvert après avoir fermé le dimanche en raison de tirs de roquettes le visant.

Des centaines de camions transportant de l’aide humanitaire devraient entrer dans la bande de Gaza aujourd’hui, selon un communiqué du ministère.

L’Egypte et l’Arabie saoudite discute du Moyen-Orient

Les conflits en Syrie, en Irak, dans la bande de Gaza et la situation en Libye ont été au centre d’une rencontre saoudo-égyptienne organisée tard dimanche en Arabie saoudite, selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal.

Le ministre, qui s’exprimait en marge d’un entretien entre le roi Abdallah et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Jeddah, a dit espérer, selon l’agence officielle SPA, que « la rencontre puisse aider à régler les problèmes du monde arabe ».

Il a notamment cité « les difficultés des peuples palestinien et syrien, la discorde en Irak et les divergences entre les Libyens ».

Dans son compte-rendu de l’entretien, SPA a indiqué que les « efforts pour mettre fin à l’agression contre les Palestiniens » avaient été évoqués par les deux dirigeants, ainsi que le sujet des relations bilatérales.

Le président égyptien est arrivé dimanche pour sa première visite en Arabie saoudite depuis son élection fin mai.

Il avait déjà brièvement rencontré le 20 juin à l’aéroport du Caire le roi Abdallah d’Arabie saoudite, qui effectuait alors sa première visite en Egypte depuis la chute en 2011 d’Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire.

Le roi d'Arabie Saoudite, Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud (Crédit : Wikimedia Commons)

Le roi d’Arabie Saoudite, Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud (Crédit : Wikimedia Commons)

Ryad est l’un des principaux soutiens du nouveau pouvoir installé il y a près d’un an en Egypte lorsque Sissi, alors chef de l’armée, a destitué et fait arrêter le président islamiste Mohamed Morsi, avant de lancer une répression implacable contre sa confrérie des Frères musulmans.

Après l’éviction de Morsi le 3 juillet 2013, Ryad avait promis d’apporter quelque 5 milliards de dollars d’aide financière à l’Egypte, sur un total de 12 milliards promis par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Koweït.

Après l’Arabie saoudite, Sissi doit se rendre, pour la première fois en tant que président, en Russie mardi, selon le gouvernement égyptien.

Il s’était rendu à Moscou en février alors qu’il était chef de l’armée et négociait un contrat d’armement. Les relations entre Le Caire et Washington étaient alors très tendues, les Etats-Unis ayant gelé leur aide annuelle à l’Egypte à la suite de la répression des Frères musulmans.

Il avait alors reçu le soutien du président Vladimir Poutine comme candidat à la présidence.

– AFP

James Rawley : sans levée du blocus, les espoirs de paix sont faibles

Gaza sombrera à nouveau dans la guerre dans quelques mois si Israël ne lève pas son blocus, a mis en garde le coordinateur des opérations humanitaires de l’ONU dans l’enclave palestinienne, James Rawley, dans une interview à l’AFP.

La communauté internationale a échoué, a estimé Rawley dans un entretien accordé peu avant l’accord de trêve de 72h conclu dimanche après plus d’un mois d’une guerre entre Israël et le Hamas.

« Trois bases de l’ONU ont été attaquées et des gens sont morts, donc nous avons échoué, collectivement, la communauté internationale, à mettre fin au massacre et à protéger les gens », a dénoncé le responsable de l’ONU, avant de souligner que sans levée du blocus dans la bande de Gaza, une paix durable était presque illusoire.

« Le blocus doit être levé, pas seulement pour faire parvenir du matériel afin de reconstruire, mais pour permettre à Gaza de faire ce qu’elle faisait très bien il y a 10 ans : commercer », a affirmé M. Rawley.

« Gaza a un potentiel immense. Les gens sont pleins d’initiative, ils sont bien éduqués, il existe des marchés potentiels, en Israël et en Cisjordanie. Le blocus doit être levé, pour que Gaza puisse se développer », a encore dit ce responsable.

– AFP

Une association pour les droits civils demande d’annuler la « procédure Hannibal »

Après la capture et le meurtre du lieutenant Hadar Goldin et la réponse militaire énergique de l’armée israélienne, l’Association pour les droits civils en Israël se tourne vers le procureur général Yehuda Weinstein afin d’interdire la « procédure Hannibal » controversée pour des raisons juridiques, et d’ordonner une enquête sur l’incident, au cours de laquelle une 130 à 150 Palestiniens auraient été tués.

« Nous nous tournons vers vous pour vous demander de conseiller le gouvernement et l’armée israélienne que dans toutes les actions pour contrecarrer l’enlèvement d’un soldat, il faut éviter de mettre en danger la vie de l’enlevé, et l’ouverture de feu massive pour empêcher la fuite des ravisseurs dans une zone civile est strictement interdite.

« En outre, nous vous demandons de superviser la mise en place d’une enquête approfondie sur l’utilisation de la procédure Hannibal lors de l’opération « Bordure Protectrice » qui a causé la ruine de Rafah et a conduit à la mort et aux blessures de centaines de civils » a écrit la représentante juridique de l’Association pour les droits civils dans une lettre à Weinstein.

La procédure Hannibal très contestée permet aux troupes israéliennes à faire ce qu’il faut pour déjouer un enlèvement – même au risque de la vie du soldat enlevé, et indépendamment du fait que l’incident a lieu dans une zone civile.

Les avocats font valoir que la procédure constitue une violation des droits de l’homme à la fois pour le soldat capturé et pour les civils pris entre deux feux.

Tout en évitant un enlèvement, et à son tour « une situation dans laquelle Israël est contraint de négocier une libération de prisonniers,qui sont deux causes valables » dit la lettre, « les moyens de sa mise en œuvre doivent être légaux, justes et mesurés ».

Nous ne pouvons pas donner l’impression que le terrorisme paie

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman affirme que le Hamas ne peut pas quitter les négociations du Caire en ayant acquis quelque chose lors de sa campagne terroriste.

Liberman a déclaré à Ynet qu’Israël « ne peut pas donner la moindre impression que cela paie de combattre Israël ».

« Le résultat du conflit entre Israël et le Hamas, qui a commencé avec l’enlèvement et l’assassinat des trois adolescents et qui s’est poursuivi avec la campagne de Gaza, ne peut pas se finir avec le Hamas ayant le sentiment que le terrorisme paie. »

L’école recommence avec une campagne sur la tolérance

La première semaine de l’année scolaire à venir sera consacrée à la lutte contre le racisme et la promotion de plus de tolérance, a annoncé le ministre de l’Éducation Shai Piron lors d’une session de la Knesset.

La campagne de sensibilisation prend place en plein milieu de vagues d’incitation [au racisme] à la suite de l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents israéliens le 12 juin et aboutissant à l’assassinat par vengeance de Mohammed Abu Khdeir, 16 ans, à Jérusalem.

Shai Piron (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Shai Piron (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Tsahal demande aux troupes de se rappeler de moments « drôles » pendant l’opération

Un questionnaire distribué dans une base de l’armée de l’air à la suite de la campagne de Gaza demande aux troupes de faire le bilan de l’opération avec une question très discutable.

Le questionnaire demande aux soldats de raconter « quelque chose de drôle qui m’est arrivé au cours de la campagne ».

Les autres questions demandent aux soldats de partager des expériences, des sentiments, quelque chose qu’ils ont appris et ce que l’opération signifie pour eux.

Au bas du document, qui a été publié sur les médias sociaux et qui par la suite s’est très vite répandu sur les réseaux sociaux, on peut lire : « Si vous avez des photos de l’opération, nous vous invitons à nous les envoyer ».

Les enquêtes sur l’éducation sont parfois distribuées aux soldats pour leur permettre de formuler leurs émotions et les pensées en réponse à des expériences souvent difficiles qu’ils rencontrent au cours de leur service militaire.

Un soldat anonyme qui a été invité à remplir ce sondage décrit le questionnaire comme étant de « mauvais goût » dans une interview sur la Deuxième chaîne.

« C’est du gaspillage de papier », s’insurge-t-il.

Le bureau du porte-parole de l’armée affirme qu’il enquête au sujet de l’incident.

La violence contre les Juifs de Jérusalem-Est augmente

Plus de 360 ​​agressions violentes contre les Juifs vivant à Jérusalem-Est, y compris dans la Vieille Ville de la capitale, ont été signalées en juillet.

Selon les chiffres publiés aujourd’hui, c’est environ le double du nombre d’attaques similaires qui ont eu lieu au cours de la même période en 2013.

Un palestinien qui lance un cocktail molotov (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Un palestinien qui lance un cocktail molotov (Crédit : Hazem Bader/AFP)

La plupart des incidents impliquent des jeunes lançant des pierres et des cocktails Molotov sur des civils juifs vivant dans les quartiers majoritairement palestiniens, ou des émeutiers qui lancent des pétards près des institutions juives.

Dans certains cas, cependant, des hommes armés masqués tirent sur des Juifs résidant dans la partie orientale de la ville, signale le quotidien Haaretz.

Lundi dernier, un soldat de l’armée israélienne s’est fait tiré dessus à bout portant par un tireur à moto à proximité du quartier de Wadi al-Joz.

Lapid : la déclaration du gouvernement sur « le calme » prématurée

Lors d’une visite dans la ville de Sderot, Yair Lapid, ministre des Finances, admet que les garanties du gouvernement, à savoir que le calme avait été restauré dans le Sud, avaient été peut-être légèrement prématurées.

« Le premier rôle du gouvernement israélien est d’assurer la sécurité de ses citoyens. Peut-être qu’il était trop tôt pour déclarer que le calme [était revenu alors] qu’il n’était pas encore installé ».

Lapid ajoute que le Trésor fera de son mieux pour dédommager les résidents du Sud.

Le ministre des Finances, Yair Lapid, lors d'une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 25 novembre 2013 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances, Yair Lapid, lors d’une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 25 novembre 2013 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les funérailles du rabbin assassiné se sont tenues à Miami

L’enterrement du rabbin orthodoxe de Brooklyn, qui a été abattu et tué sur le chemin de la synagogue à North Miami Beach, a eu lieu à Miami.

Après les funérailles dimanche à la synagogue Chabad Bais Menachem, où le rabbin Joseph Raksin se trouvait quand il a été abattu par deux inconnus samedi matin, le corps a été emmené à l’aéroport. Les funérailles auront lieu cet après-midi à Brooklyn.

Des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont assisté aux obsèques de dimanche, annonce le Miami Herald. Raksin était arrivé jeudi à Miami pour une visite d’une semaine avec sa fille et sa famille, raconte le New York Post. Raksin, 60 ans, est le père de six enfants et un des chefs de file de la communauté de Crown Heights, selon le Post.

La police a déclaré que Raksin a été abattu de plusieurs balles après une altercation, même si des témoins ont raconté aux journalistes de NBC qu’il n’y avait pas eu d’altercation et que les assaillants étaient des hommes afro-américains. Raksin a été transporté au centre de traumatologie de Ryder, où il est mort.

Les policiers de Miami-Dade ont affirmé qu’ils ne croyaient pas que l’assassinat soit un crime de haine, mais plutôt un vol qui a mal tourné. Les membres de la communauté juive de Miami offrent une récompense 50 000 dollars pour toute information menant à l’arrestation des agresseurs de Raksin, selon le Miami Herald.

Une synagogue voisine, Torah Vemunah, a été la cible d’actes de vandalisme le 28 juillet – des croix gammées et le mot « Hamas » ont été peints à la bombe sur les piliers de devant.

– JTA

Une ONG turque veut lancer une nouvelle flottille pour briser le blocus de Gaza

Une ONG islamique turque a annoncé lundi son intention d’affréter une nouvelle flottille pour tenter de briser le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza, quatre ans après une première tentative qui s’était soldée par la mort de dix activistes turcs.

Les organisateurs de l’expédition de 2010 se sont réunis le week-end dernier à Istanbul et doivent annoncer mardi à la presse leur décision de renouveler l’opération « à la lumière de la dernière agression israélienne sur Gaza », a indiqué la Fondation pour l’aide humanitaire (IHH) dans un communiqué.

« La coalition de la flottille de la liberté va à nouveau voguer vers Gaza pour défier le blocus israélien », a précisé IHH en estimant que « la complicité de la plupart des pays » avec l’Etat hébreu « impose ce devoir à la société civile ».

IHH doit tenir une conférence de presse mardi à Istanbul à 8h00 GMT.

En mai 2010, l’assaut des commandos israéliens contre le navire-amiral de la première flottille, le Mavi Marmara, avait provoqué la mort de 10 citoyens turcs et provoqué une grave crise diplomatique entre les gouvernements israélien et turc.

La flottille turque, Mavi Marmara, à destination de Gaza (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)

La flottille turque, Mavi Marmara, à destination de Gaza (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)

La justice turque a ouvert en 2012 un procès par contumace contre quatre anciens responsables de l’armée israélienne, qui font depuis le mois dernier l’objet d’une demande de mandat d’arrêt international.

Après les excuses officielles présentées par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Turquie, des négociations ont débuté entre les deux pays pour l’indemnisation des victimes turques mais elles n’ont pour l’heure pas abouti.

Elu dimanche président dès le premier tour de scrutin, le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a multiplié ces dernières semaines les violentes attaques contre la nouvelle intervention militaire de l’Etat hébreu à Gaza, qui s’est déjà soldée par la mort de plus de 2.000 Palestiniens.

L’ONG IHH est considérée comme proche du gouvernement turc.

– AFP

400 dirigeants juifs réfutent les allégations de « génocide »

Plus de 400 dirigeants juifs, spécialistes de la Shoah et rabbins ont signé une déclaration condamnant les accusations que l’opération israélienne dans la bande de Gaza constitue un « génocide ».

Voici la déclaration :

En tant que représentants des institutions juives ou liées à l’Holocauste, ou que spécialistes de la Shoah et d’études sur le génocide, nous sommes profondément troublés par les fausses accusations de génocide qui ont été portées à l’encontre d’Israël ces derniers jours.

Le 9 juillet, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans un discours à Ramallah, a accusé Israël de « commettre un génocide ».

Le 1er août, sur la version anglaise de la chaîne Al-Jazeera, le porte-parole des Affaires étrangères du Fatah Nabil Chaath a décrit la situation dans la bande de Gaza comme « un Holocauste ». Toujours le 1er août, le Premier ministre turc Recep Erdogan a accusé Israël de « fascisme comparable à Hitler ».

« L’Holocauste a été l’assassinat systématique et délibéré en masse de six millions de Juifs innocents par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs. En revanche, Israël agit en état ​​de légitime défense contre le terrorisme du Hamas. Israël n’a aucun intérêt à nuire à des civils innocents, et a d’ailleurs fait tout son possible pour éviter les victimes civiles, alors que le Hamas vise délibérément les civils israéliens. Toute comparaison entre Israël et les nazis déforme outrageusement les actions d’Israël et banalise l’ampleur et la nature de l’Holocauste. »

Les signataires notables sont : Leon Wieseltier de The New Republic, le rabbin Marc Dratch, vice-président exécutif du Conseil rabbinique d’Amérique, et le professeur Deborah Lipstadt.

Une conseillère municipale de Jérusalem face à la haine anti-israélienne à New York

Rachel Azaria, conseillère municipale de Jérusalem, a posté des messages sur sa page Facebook relatant un incident de haine anti-israélienne dont elle a été personnellement victime dans le métro de Manhattan.

« A Manhattan, dans le métro avec mon mari et nos quatre enfants. Mon mari me dit quelque chose, et tout à coup un homme plus âgé se tourne vers moi et me dit en anglais : Êtes-vous d’Israël ? Je lui demande pourquoi il m’a demandé ça, et il me répond et demande : ‘Vous êtes israélienne ?’ ‘Oui’, répondis-je. ‘Partez, de toute façon, personne ne vous veut ici’, [dit-il] ».

« Cela ne m’est jamais arrivée avant, pas aux Etats-Unis et certainement pas à New York », écrit-elle. « En Europe, nous sommes habitués, mais à New York ? »

« Donc contemplez : l’anti-israélisme, un nouveau type d’antisémitisme. Et la vérité est que cette formulation de ‘s’en aller’ est une formulation classique de l’antisémitisme ».

Moins de visiteurs en Israël depuis l’opération dans la bande de Gaza

Les combats dans la bande de Gaza ont provoqué une forte diminution du nombre de visiteurs en Israël, rapporte le Bureau central de statistiques.

Au cours de la première semaine de juillet, avant le début des combats, il y avait une augmentation de 26 % du nombre de visiteurs par rapport à la même période en 2013.

Mais une fois que les hostilités ont débuté, les chiffres ont chuté. Du 8 au 17 juillet, il y avait une baisse de 29 % par rapport à l’année dernière, et à partir du 18 juillet jusqu’au 31 (après le début de l’incursion terrestre) il y avait une baisse de 47 %.

Un total de 218 000 visiteurs sont venus en Israël en juillet 2014, dont 194 000 étaient des touristes. Il s’agit d’une baisse de 26 % par rapport à juillet 2013.

Aharonovitch n’est « pas optimiste »

Le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch confie aux résidents de la région de la frontière de Gaza « qu’il y a apparemment une petite chance de parvenir à un accord », rapporte la radio israélienne.

Il ajoute que s’il n’y a pas d’accord avec des groupes terroristes de Gaza, Israël devra vaincre le Hamas.