Les archives de l’armée israélienne ont publié jeudi le rapport d’opération, écrit à la main, de la dramatique mission de sauvetage des otages à Entebbe, y compris la note de 1h55 du matin indiquant que le commandant de la mission Yoni Netanyahu, avait été blessé.

« A partir des [communications] radio, il est clair qu’il y a un autre blessé, du nom de Yoni (apparemment celui connu) », a écrit le soldat en temps réel.

Netanyahu, le frère aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait été blessé sur le tarmac le 4 juillet 1976 en menant les troupes sur le terminal et est mort peu de temps après.

Un autre soldat avait été blessé et paralysé et trois otages israéliens ont été tués durant l’échange de tirs initial. Une femme âgée, Dora Bloch, avait été évacuée à l’hôpital plus tôt et avait été tuée par vengeance après que les forces israéliennes aient quitté l’Uganda.

Les troupes israéliennes ont réussi à libérer 101 personnes, retenues en otage par des terroristes palestiniens et allemands, à environ 3 800 kilomètres d’Israël, un exploit sans précédent qui est devenu la pierre angulaire de la philosophie sioniste, particulièrement après que l’on ait appris que les terroristes allemands, du gang de Baader Meinhof, aient aidé à séparer les Juifs de non Juifs.

« Cette opération sera certainement inscrite dans les annales de l’histoire militaire, dans la légende et dans la tradition nationale », avait déclaré ce jour là le Premier ministre Yitzhak Rabin.

La décision d’envoyer des troupes israéliennes en Ouganda avait été difficile, avec le ministre de la Défense Shimon Peres en faveur d’une opération militaire et Rabin, le vieux général, conscient du fait que suggérer des plans militaires audacieux et les autoriser étaient deux choses totalement différentes.

Le 2 juillet, Peres a écrit à Rabin que « l’effet de surprise final » du plan était que la première équipe sortirait de l’avion dans des Mercedes avec des drapeaux ornés de fleurs, se faisant ainsi passer pour l’homme fort de l’Ouganda Idi Amin, qui devait revenir de Mauritanie.

« Je ne sais pas si c’est possible, mais intéressant », a écrit Peres dans la note, publiée par l’archive de l’armée.

Rabin a répondu : « 1. Quand Idi Amin doit-il revenir de Mauritanie ? 2. Pourquoi une Mercedes ? »
Il a signé la note : “Yitzhak.”

Le jour suivant, selon les informations des archives, Peres a écrit à Rabin : « Comment une opération commence-t-elle ? 1. On dit que c’est impossible. 2. Le timing est mauvais. 3. Le gouvernement ne l’autorisera pas. La seule question que j’ai vue, et que je vois toujours, c’est ‘comment ça finira ?’ ».

Le 3 juillet à 14h30, Rabin a dit un cabinet de sécurité, pour la première fois après le début de la prise d’otages qui avait commencé le 27 juin, qu’il était en faveur d’une option militaire.

« Pas par idéalisme, loin de là, mais avec la connaissance d’où nous allons, vers de blessés, vers des morts… et pourtant, je recommande que le gouvernement autorise cela », a-t-il déclaré, selon les information de Michael Bar Zohar dans « Peres : une biographie politique ».

Plus tard dans la soirée, alors que les avions étaient en route, Peres a écrit, « les avions sont en vol et avec eux le destin d’Israël ».