Les pneus de 40 véhicules dans un village arabe du nord d’Israël ont été crevés, a indiqué la police jeudi.

L’attaque à eu lieu pendant la nuit dans le village de Jish, un village majoritairement chrétien situé à 25 kilomètres au nord du lac de Tibériade, a précisé Louba Samri, une porte-parole de la police israélienne.

« Les habitants du village de Jish ont découvert ce matin que les pneus de 40 voitures avaient été crevés », a t-elle indiqué à l’AFP ajoutant qu’une enquête avait été ouverte.

A proximité du lieu de l’attaque, attribuée par la police à des extrémistes juifs, un graffiti avec l’inscription en hébreu « Seuls les Gentils (non juifs, NDLR) doivent évacuer notre terre » a été retrouvé.

Des colons extrémistes ainsi que des activistes d’extrême droite se livrent, sous l’appellation du « Prix à payer », à des agressions visant des villageois palestiniens ou arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l’armée, en réaction à des décisions gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à des Palestiniens.

Mardi, des graffitis anti-chrétiens ont été retrouvés sur les murs du monastère de Notre-Dame de Palestine, à l’ouest de Jérusalem.

Les inscriptions « Marie est une vache », « L’Amérique (est) l’Allemagne nazie » ou encore « le prix à payer » avaient été taguées en hébreu sur les murs de ce couvent catholique situé en Israël et les pneus de cinq véhicules garés sur les lieux avaient été crevés.

Après l’attaque contre le monastère, le patriarche Fouad Twal, la plus haute autorité catholique romaine en Terre sainte avait condamné ces « attaques répétées » et souhaité que « la police arrête les responsables ».