Le parquet israélien va requérir une peine de cinq à sept ans de prison ferme contre l’ancien Premier ministre Ehud Olmert, reconnu coupable de corruption en mars, a indiqué lundi à l’AFP une source judiciaire.

« L’Etat a l’intention de requérir contre Ehud Olmert entre 5 et 7 ans de prison, dans la principale affaire de corruption et une peine de 2 à 4 ans dans la seconde affaire », a précisé à l’AFP cette source au ministère de la Justice, soulignant que ces réquisitions devant le tribunal de Tel-Aviv n’étaient pas encore définitives.

Ehud Olmert, 68 ans, l’un des hommes politiques les plus chevronnés du pays, était considéré comme un rival potentiel du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’il avait pu faire son retour sur la scène politique, qui paraît désormais compromis.

« Cette réquisition est excessive et totalement infondée », a commenté le porte-parole de l’accusé, Amir Dan, cité par le site d’information Ynet.

M. Olmert a été reconnu le 31 mars coupable d’avoir touché des pots-de-vin dans le cadre d’un énorme scandale immobilier à Jérusalem alors qu’il était maire de la ville (1993-2003). Il a également été condamné pour faux témoignage pour avoir tenté de ternir la réputation du témoin principal de l’accusation.

Il a été condamné avec 12 autres anciens hauts responsables de la municipalité. Trois co-prévenus ont en revanche été relaxés.

Selon les médias israéliens, le parquet pourrait également requérir une amende de 1,2 million de shekels (environ 250 000 euros) contre l’ancien Premier ministre.

Mêlé à plusieurs affaires de corruption, M. Olmert n’avait pour l’instant été condamné qu’à une peine de prison avec sursis en septembre 2012 pour abus de confiance.