Bethléem, en Cisjordanie, est le lieu de naissance du Christ selon la tradition, mais abrite aussi des lieux saints pour le judaïsme et l’islam.

Ville sainte pour les trois monothéismes

Située au cœur de Bethléem, la basilique de la Nativité, érigée au IVe siècle sur le lieu de naissance de Jésus est un lieu de pèlerinage pour les chrétiens et les musulmans. La grotte, qui se trouve en-dessous de la basilique, se présente sous forme d’une crypte rectangulaire dallée de marbre.

L’édifice, actuellement administré par trois Eglises (orthodoxe, catholique et arménienne), a subi de nombreux travaux et transformations au cours des siècles.

Les musulmans ont aussi le droit de prier dans l’aile sud de la basilique.

Bethléem, qui tient une place importante dans la Bible, fait une première apparition dans la Genèse sous le nom d’Efrat, lieu où meurt Rachel, femme du patriarche Jacob, petit-fils d’Abraham.

Le tombeau de Rachel, en bordure de la ville, est le 3e lieu saint du judaïsme, après le mont du Temple à Jérusalem et le Caveau des Patriarches, à Hébron. Il est également vénéré par les musulmans.

Un juif ultra-orthodoxe près du carrefour devant l'entrée du Tombeau de Rachel, entouré de la barrière de séparation, à Bethléem, le 26 juin 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un juif ultra-orthodoxe près du carrefour devant l’entrée du Tombeau de Rachel, entouré de la barrière de séparation, à Bethléem, le 26 juin 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Patrimoine de l’Unesco

En juin 2012, le site de la basilique de la Nativité le site de Bethléem, comprenant également la route de pèlerinage, est inscrit en « urgence » au Patrimoine mondial de l’Unesco, malgré la vive opposition d’Israël et des Etats-Unis. Les Palestiniens revendiquent une victoire « historique ».

Des scouts palestiniens jouent de la cornemuse lors des fêtes en face de l'église de la Nativité, le lieu de naissance traditionnel de Jésus-Christ, dans la Bible ville de Bethléem en Cisjordanie - le 7 Juillet 2012 (Crédit : AFP PHOTO/ MUSA AL-SHAER)

Des scouts palestiniens jouent de la cornemuse lors des fêtes en face de l’église de la Nativité, le lieu de naissance traditionnel de Jésus-Christ, dans la Bible ville de Bethléem en Cisjordanie – le 7 Juillet 2012 (Crédit : AFP PHOTO/ MUSA AL-SHAER)

Déjà en octobre 2010, le conseil exécutif de l’Unesco avait adopté une résolution décrivant le tombeau de Rachel comme étant également une mosquée, évoquant « la mosquée Bilal Bin Rabah/Tombe de Rachel à Bethléem ».

Procession et traditionnelle messe de minuit

Le 24 décembre, comme tous les ans, Bethléem vit au rythme des célébrations de Noël. Celles-ci débutent par une procession du patriarche latin, qui part de Jérusalem et doit donc franchir la barrière de sécurité construite par Israël.

Des fanfares de scouts escortent, au son des cornemuses et des tambours, la procession, jusqu’à la basilique de la Nativité. Sur la place de la mangeoire à Bethléem, les processions colorées s’enchaînent.

Le patriarche latin célèbre ensuite la grand-messe traditionnelle de minuit en l’église franciscaine Sainte-Catherine, contiguë à la basilique, en présence de nombreux dignitaires religieux et de représentants politiques palestiniens

Le pape fait une prière devant la barrière de sécurité (Crédit : AFP)

Le pape fait une prière devant la barrière de sécurité (Crédit : AFP)

Premier lieu de pèlerinage

Le district de Bethléem, où résident quelque 210 000 Palestiniens, comprend Bethléem (40 000 habitants), Beit Jala, Beit Sahour, une trentaine d’autres villages et trois camps de réfugiés.

La ville, qui était à majorité chrétienne il y a un demi-siècle, est aujourd’hui à majorité musulmane, mais les chrétiens ont un rôle central dans les créneaux économiques importants.

Le tourisme est l’une des principales ressources de la ville, qui dépend économiquement beaucoup de Jérusalem. Le site de la basilique attire deux millions de pèlerins chaque année.