Henry de Lesquen, ancien élu versaillais, candidat à la présidentielle et président de Radio-Courtoisie a plusieurs obsessions qu’il égraine au fil de ses nombreux tweets quotidiens. Il aime ramasser en 140 signes des propos outranciers autour de la « musique nègre », « de la longévité des rescapés de la Shoah » et de la « race congoïde ».

Ce sont quelques-uns de ses tweets qui ont contraint Henry de Lesquen de répondre à une convocation de la justice le 8 décembre dernier pour “injures publiques, provocation à la haine raciale et contestation de crime contre l’humanité”.

Les Inrocks raconte la séance d’ouverture :

Décomplexé à la barre, il a confirmé et détaillé devant le juge ce que les 140 caractères autorisés par Twitter l’empêchait de développer. “Si j’avais eu plus de 140 signes, je serai rentré dans les détails, si j’ose dire…”.

“C’est le racisme des Juifs qui les a conduits au monothéisme quand ils ont privé de leurs dieux les ‘Goyim’ qu’ils haïssent”, tweetait-il en janvier 2016. Devant la Cour, il développe :

« Les non-Juifs sont considérés comme des animaux. En vérité, l’inventeur des fours crématoires, c’est David !” a-t-il déclaré devant la Cour.

En avril 2016 une série de messages étaient consacrés aux rescapés de la Shoah: « Je suis émerveillé de la longévité des ‘rescapés de la Shoah’ morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées, (…) La plantureuse S. Veil rescapée de la Shoah a 88 ans. A ma connaissance, elle va bien”, écrivait-il sur Twitter en avril 2016 à propos de Simone Veil, ministre de la santé et rescapée d’Auschwitz.

A la juge qui l’interroge sur ces messages, il répond : “En voyant les photos des rescapés des camps, je suis arrivé à la conclusion qu’ils n’avaient pas pu survivre très longtemps. Je me suis donc interrogé sur certains témoignages”.

Verdict dans les prochaines semaines.