Six Palestiniens de Gaza ont été piégés et un a disparu jeudi après l’effondrement d’un tunnel, le sixième depuis janvier, a déclaré un officiel de la défense civile locale.

L’effondrement est dû une nouvelle fois selon lui au fait que l’Egypte inonde la zone frontalière en déviant de l’eau de la Méditerranée toute proche, précisément pour détruire les tunnels.

Il a décrit le passage souterrain de la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, vers l’Egypte voisine comme un « tunnel commercial », sous-entendant par là qu’il s’agissait d’une galerie de contrebande passant sous la frontière pour faire entrer des marchandises dans le territoire sous blocus israélien et égyptien.

Les officiels israéliens ont déclaré qu’il y avait des douzaines de tunnels reliant Gaza à la péninsule du Sinaï utilisés pour de la contrebande, y compris d’armes et de personnes, en entrée et en sortie de la bande de Gaza.

Un officiel local a confirmé que les autorités avaient parlé par téléphone avec l’un des hommes bloqués par l’effondrement du tunnel, et que les opérations de sauvetage sont en cours.

Les effondrements de tunnels ont tué 12 Gazaouis depuis le début de l’année. Dix au moins de ces hommes appartenaient à la branche armée du Hamas, le mouvement islamiste qui gouverne sans partage la bande de Gaza et qui dit multiplier ces tunnels.

Des Palestiniens examinent les dommages après que les forces égyptiennes ont inondé un tunnel transfrontalier à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 18 septembre, 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Des Palestiniens examinent les dommages après que les forces égyptiennes ont inondé un tunnel transfrontalier à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 18 septembre, 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Cette information intervient au moment où un article annonce que le Hamas a commencé à creuser des tunnels assez larges pour y faire passer des camions chargés d’armes.

Le quotidien israélien Yedioth Ahronoth a cité un officiel de la sécurité égyptien qui a déclaré jeudi que le Hamas avait commencé à construire des « méga-tunnels » de plus de trois kilomètres de long.

Les tunnels, conçus pour faire de la contrebande d’armes ainsi que de nourritures et de matériaux de construction, devraient compenser les centaines de plus petits tunnels que les Egyptiens ont soit bloqués, soit inondés à l’eau de mer, ont déclaré les officiels.

Ils sont conçus pour contourner les canaux d’eau de mur utilisés pour inonder les tunnels et pour casser les efforts égyptiens pour raser toutes constructions dans une zone d’environ un km² à la surface, a annoncé l’article.

Les officiels israéliens, qui ont déclaré qu’ils n’étaient pas informés des projets de construction de tels tunnels géants le long de la frontière de Gaza avec Israël, ont lié beaucoup des récents effondrements de tunnels à la rupture de matériaux du Hamas, comme du bois et du ciment, nécessaires pour renforcer les murs de sable, a annoncé l’article.

Le Hamas aurait apparemment utilisé de la fibre de verre à la place – malgré l’interdiction de son entrée par Israël dans la bande de Gaza – un matériau qui est prouvé être trop faible pour soutenir le poids du sable, ont déclaré des sources israéliennes au quotidien.

Les officiels égyptiens ont affirmé que ces derniers mois, le Hamas fournissait en roquettes et en armes maisons mortelles comme des caisses à chauffage solaire remplies d’explosifs les terroristes de l’Etat islamique au Sinaï pour leur propre guerre contre le régime égyptien.

Utilisés comme des bombes artisanales, les caisses adaptées, qui contiennent normalement de l’eau, peuvent détruire un tank, comme les Israéliens l’ont découvert il y a quelques années quand une telle arme a fait exploser un tank de l’armée israélienne dans l’enclave.

Le Hamas a été accusé d’entraîner et de fournir des armes aux jihadistes dans le Sinaï.

Un blocus israélien restreint sévèrement le mouvement des biens et des personnes à l’entrée et à la sortie de la bande de Gaza, et la seule frontière de l’Egypte avec Gaza a été largement fermée depuis 2013.

Les forces de sécurité du Hamas à côté d'une tour de guet égyptienne à la frontière entre l'Egypte et Gaza, à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 21 septembre 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Les forces de sécurité du Hamas à côté d’une tour de guet égyptienne à la frontière entre l’Egypte et Gaza, à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 21 septembre 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Fin 2014, dans le cadre d’une tentative de restauration de la paix dans son rétif Sinaï nord, l’Egypte a commencé à installer une zone tampon à sa frontière avec Gaza et à détruire des centaines de tunnels. Les passages vers l’Egypte sont utilisés pour le transit de biens commerciaux, d’argent liquide, de personnes et, probablement, d’armes.

A l’autre bout de l’enclave palestinienne, près de la frontière avec Israël, les dirigeants Hamas de Gaza ont construit des tunnels pour lancer des attaques, stocker des armes et de temps en temps lancer des raids en Israël.

En février, l’armée égyptienne a inondé plusieurs tunnels de contrebande sous la frontière sud de la bande de Gaza à la demande d’Israël, selon le ministre de l’Energie, Yuval Steinitz.

Un haut-fonctionnaire du ministère égyptien des Affaires étrangères avait ensuite appelé l’ambassadeur israélien au Caire, Haim Koren, pour lui exprimer ses objections aux remarques de Steinitz, avait annoncé le site d’informations al-Araby al-Jadeed, basé à Londres.