La police a arrêté 65 ressortissants étrangers dans le sud de Tel Aviv dans la nuit de samedi, suite à une opération d’infiltration étalée sur plus d’un an.

Les détenus sont soupçonnés d’avoir commis divers crimes de drogues, violence et propriété, a précisé la police.

L’agent d’infiltration, dont l’identité n’a pas été révélée, a passé 14 mois au sein de la population des ressortissants étrangers dans le sud de Tel Aviv.

« Il a vécu avec eux, gagné leur confiance et a assidûment enregistré les infractions qu’ils commettaient. Il était donc en mesure de les incriminer », a révélé la police dans un communiqué dimanche matin.

Samedi soir, l’agent a invité un grand nombre de suspects à une fête dans une discothèque de Tel Aviv, où la plupart des arrestations ont eu lieu. Bon nombre des suspects étaient déjà fichés par la police.

L’opération d’infiltration « nous a fourni de rares renseignements sur les criminels les plus difficiles, que nous avions du mal à appréhender », a déclaré dimanche le commandant de la police de Tel Aviv, Bentzi Sau. « Nous allons créer une atmosphère de loi et d’ordre dans sud de Tel Aviv », a-t-il promis.

Au cours des dernières années, des milliers de migrants, la plupart des pays instables d’Afrique de l’Est, se sont infiltrés en Israël. Beaucoup se sont installés dans sud de Tel Aviv, donnant lieu à des plaintes de résidents et des rapports de crimes.

Le gouvernement a réagi à cette situation inquiétante, notamment en construisant une clôture de séparation le long de la frontière entre le Sinaï et Israël, qui a considérablement contribué à baisser le nombre de migrants entrant dans le pays.

Il a également initié un plan de rapatriement stipulant que les ressortissants qui acceptent de retourner dans leur pays d’origine se voient octroyer un billet d’avion et des avantages sociau