Des centaines d’entrepreneurs, des représentants d’entreprises, des médecins et des cadres de l’industrie médicale se sont réunis jeudi pour en apprendre plus sur ce que fait Israël dans le domaine de la santé mobile et numérique. Et de nombreux experts de l’industrie ont accordé une attention particulière aux start-ups qui, ont-ils affirmé, font d’Israël un centre mondial de la technologie mobile dans le domaine de la santé.

« L’énorme contribution d’Israël à l’industrie de la technologie médicale n’est pas passée inaperçue », a déclaré le Dr. Ashish Atreja, le chef du bureau de l’Innovation en technologie médicale et de la participation de l’hôpital Mount Sinai de New York.

« Nous sommes ravis de voir les nouveaux développements de la communauté médicale à la conférence mHealth et nous sommes impatients d’établir des relations en Israël ».

L’événement mHealth fait partie d’une série d’événements analogues ayant lieu dans le monde entier pour mettre en évidence les technologies mobiles dans le domaine de la santé. mHealth Israël compte environ 1 400 membres.

Selon Levi Shapiro, le fondateur et l’organisateur en chef du groupe, et un partenaire chez Veritas Ventures, Israël est un endroit idéal pour les technologies mobiles en matière médicale en raison de sa culture de start-up et son système de santé.

Israël utilise également des dossiers médicaux électroniques depuis 26 ans, a ajouté Shapiro, donnant aux start-ups un énorme avantage dans l’exploitation de données historique.

Un oeil sur le prix

Sept des start-ups israéliennes les plus innovantes travaillent dans l’espace de la santé mobile – qui « réduit » la technologie médicale pour la faire tenir dans un smartphone ou un dispositif portable – ont été choisies pour participer à un concours de start-ups qui a eu lieu jeudi dernier à la 5e Conférence annuelle mHealth Israel à Tel Aviv.

Le concours de start-up est toujours le point culminant, a déclaré Shapiro. Le gagnant de cette année, 6over6, était « un excellent exemple de la mise en œuvre de l’innovation dans l’écosystème de la santé mobile en Israël ».

La société a développé une technologie pour permettre à tous de savoir s’ils ont besoin de lunettes, leur permettant de « s’auto-prescrire » une paire de lunettes via une application smartphone.

En utilisant une combinaison de mathématique, de physique, de la technologie de la vision et des algorithmes avancés, a expliqué le PDG de 6over6, Ofer Limon, « nous offrons une gamme complète de services pour les consommateurs, tout aussi bien, sinon mieux – et plus précis – qu’ils pourraient avoir auprès d’un opticien ou un ophtalmologue ».

Ofer Limon (Crédit : Autorisation)

Ofer Limon (Crédit : Autorisation)

Non pas que 6over6 (le nom fait référence à la mesure anglo-saxonne de la vision parfaite) essaie de faire mettre la clé sous la porte aux membres de cette profession. « Nous visons les consommateurs qui souhaitent acheter des lunettes en ligne avec notre application GlassesOn, mais pour qui cela est difficile car il faut envoyer une ordonnance et de mesure EP (l’écart pupillaire, la bonne distance entre les verres pour s’assurer ils soient bien placés sur chaque oeil), et utiliser les autres outils en ligne et faxer les prescriptions sont difficile ».

Avec GlassesOn, a ajouté Limon, les utilisateurs peuvent créer une nouvelle prescription ou dupliquer celle déjà existante – sans une visite chez l’ophtalmologue.

« Nous utilisons une technologie basée sur de la lumière pour détecter la vue », a déclaré Limon.

« Au lieu de rester à l’avant d’un réfractomètre où l’opticien place les verres en face de vos yeux et vous demande si vous voyez mieux avec le verre A ou B. Grâce à notre technologie, un utilisateur pourra mettre leur téléphone en face de leurs yeux pendant quelques minutes, et obtenir une lecture aussi précise que s’ils étaient allés chez l’opticien, sinon plus, car il n’y a pas des sentiments subjectifs ou des facteurs environnementaux impliqués dans notre mesure ». Selon Limon, les directives dans la plupart des Etats américains autoriseraient ce genre d’ordonnance.

Avec la fonction Copyglass sur GlassesOn, a expliqué Limon, « vous pouvez trouver rapidement votre plus récente ordonnance. L’application vous donnera une prescription tout à fait exacte dans une fourchette de +/- 0,25D d’erreur sur la vision de près et de loin ».

Avec la fonction iPrescribe, « c’est juste comme être chez un ophtalmologue. iPrescribe manipule les phénomènes optiques et de perception pour vous prescrire une ordonnance tout à fait exact pour la myopie, y compris l’astigmatisme ».

Bien que GlassesOn utilise une caméra pour lire les données à partir des verres d’un utilisateur ou pour mesurer leur vue, « nous ne sommes pas liés par la qualité de la caméra », a déclaré Limon.

« Nous avons travaillé avec un Samsung Galaxy S3 comme notre dispositif de base, et ce n’est certainement pas la plus récente technologie. J’ai vu des spécifications pour des téléphones à faible coût « en Inde et en Extrême-Orient, et ça marcherait aussi ». La puissance de l’application est dans ses algorithmes, a précisé Limon, pas dans la puissance de l’appareil photo.

L’application sera disponible au début du mois de juin pour le iPhone et les Android, a déclaré Limon. « Nous travaillons déjà avec de grands revendeurs de lunettes en ligne, avec qui nous avons un programme de partage des revenus. L’application sera gratuite pour tout le monde et si un client achète une paire de lunettes grâce à notre application, nous allons obtenir une commission ».

Mais Limon pense au-delà des achats sur Internet. « Il y a des centaines de millions de personnes dans le monde qui ont besoin de verres correcteurs mais ne peut pas se le permettre », a expliqué Limon. « Nous avons l’intention de faire don de notre technologie à des organisations internationales qui approvisionnent verres à ces personnes marginalisées, dont beaucoup ont un accès aux smartphones ».

« Avec cette application, des organisations comme LightHouse, qui aident les personnes dans les pays en développement à obtenir des lunettes, seront en mesure d’examiner les gens n’importe où avec juste un smartphone, au lieu d’avoir à acheter et expédier des équipements coûteux dans les régions éloignées ».

La société a déjà réuni plusieurs millions de dollars en deux fois. « Nous sommes en pleine croissance et nous invitons les développeurs mobiles talentueux et les ingénieurs en traitement d’image, qui souhaitent utiliser leurs compétences pour le bien à se joindre à nous », a-t-il ajouté.

La conférence mHealth (Crédit : Oleg Luft)

La conférence mHealth (Crédit : Oleg Luft)

En tant que vainqueur du concours de start-up, 6over6 a gagné un voyage, tous frais payés, pour développer leurs affaires à la Conférence du monde médical des Amériques, qui aura lieu en avril à Houston, au Texas, qui est organisée en association avec le Texas Medical Center, le plus grand complexe médical du monde, où ils auront l’occasion d’exposer leur technologie au monde, a déclaré Shapiro. « Israël est un leader mondial dans les technologies de la santé numérique », a-t-il dit.

« Il y a plus de 200 start-up spécialisées en santé numérique en Israël et le financement a continué d’atteindre des niveaux records. Le concours de start-up et la conférence mHealth sont des plate-formes de premier plan pour le domaine naissant de la technologie médicale en Israël pour présenter leurs innovations au monde ».

« Nous sommes honorés d’avoir remporté cette compétition incroyable, surtout compte tenu du calibre des startups avec lesquelles nous étions en concurrence », a déclaré Limon.

« Ceci est une étape importante pour nous dans la mesure où mHealth nous a permis de promouvoir notre idée auprès des entrepreneurs de la santé, les investisseurs potentiels et les géants de l’industrie du monde entier ».