Près de 70 % des Juifs au Royaume-Uni croient à une montée de l’antisémitisme, a montré une nouvelle étude, mais la moitié des sondés ne sont pas trop préoccupés.

Approximativement la moitié des 1 468 interrogés ont déclaré que l’antisémitisme était « un assez gros problème », tandis que l’autre moitié a affirmé qu’il ne s’agissait pas « d’un très gros problème » ou
« d’un problème tout court », selon une étude par e-mail menée par l’Institut de recherche sur les politiques juives, basé à Londres, et rendue publique plus tôt dans le mois.

Les Juifs religieux sont plus susceptibles que les laïcs d’être inquiets à propos de l’antisémitisme.

Les trois groupes considérés comme les plus susceptibles de commettre des actes antisémites, selon les participants, sont les musulmans extrémistes, les individus jugés à gauche et les adolescents.

Parmi les résultats, 75% des interrogés ont indiqué que l’antisémitisme sur Internet est un problème, la moitié que l’antisémitisme dans les médias est un problème, et la moitié qu’ils évitent de porter ou transporter un objet juif repérable, au moins à certaines occasions, par crainte pour leur sécurité.

Interrogés pour savoir s’ils se sentent accusés par d’autres pour les mesures prises par le gouvernement israélien, près des deux tiers des sondés ont répondu que cela n’arrive jamais ou alors rarement.

Comptant environ 300 000 Juifs, le Royaume-Uni a la cinquième plus grande population juive du monde et la deuxième plus grande d’Europe.