Près des trois-quarts des quelques milliers de Juifs français qui ont participé à un sondage affirment qu’ils réfléchissent à l’émigration vers Israël.

L’enquête, dont les résultats ont été publiés lundi par l’organisation Siona à Paris (une organisation juive séfarade sioniste) comprenait un échantillon de 3 833 répondants de la communauté juive de France, a affirmé Siona.

Sur les 74,2 % de répondants qui envisagent l’alyah, quelles sont les motivations ?

29,9 % ont cité l’antisémitisme. 24,4% mettent en avant leur volonté de
« préserver leur judaïsme », tandis que 12,4 % ont évoqué le fait d’être attirés par un autre pays.

L’item « Considérations économiques » n’a été cité que par 7,5 % des répondants.

Au total, 95,2 % de tous les répondants à l’enquête en ligne menée par Siona (réalisée entre le 17 avril et le 16 mai 2014) ont déclaré qu’ils considéraient l’antisémitisme comme « très inquiétant » ou
« préoccupant ».

57,5 % des répondants ont déclaré que « les Juifs n’ont pas d’avenir en France », tandis que 30,6 % affirment qu’il existe un avenir pour les Juifs de France dans leur propre pays.

14,5 % des sondés affirment qu’ils ont personnellement vécu l’expérience d’incidents antisémites au cours des deux dernières années, mais parmi ceux-ci, seulement 21,2 % ont déposé une plainte auprès de la police.

Parmi les plaignants, 27,6 % ont indiqué que leur déposition a conduit à des résultats concrets.

93 % des personnes interrogées estiment qu’en France, l’Etat n’a aucun moyen efficace pour lutter contre « l’islamisme » et contre « la propagande pro-palestinienne ».

Exactement le même pourcentage considère que les médias français sont en partie responsables du problème de l’antisémitisme en France.

Près des trois quarts ont déclaré que les institutions juives de France étaient impuissantes à endiguer l’antisémitisme.

A noter également, 76,3 % des répondants ont affirmé qu’ils étaient préoccupés par « les menaces sur l’abattage rituel et sur la circoncision », comparativement à 16,9 % qui ne trouvent pas cela préoccupant.

En mars, des milliers de Juifs français ont participé à un salon d’information qui s’est tenu à Paris sur le thème de l’alyah, alors que les derniers chiffres font état d’une hausse sans précédent de l’immigration vers l’Etat hébreu.

Selon l’Agence juive, l’alyah de France a pratiquement triplé si l’on compare les deux premiers mois de 2014 à ceux de l’année antérieure.

Quelque 3 280 immigrants venus de France sont arrivés en Israël en 2013, alors qu’ils étaient 1 917 l’année précédente.

Cependant, au cours du mois de mars, le Service de protection de la communauté juive française, le SPCJ, a publié un rapport qui a recensé 423 incidents antisémites en France en 2013 – soit une diminution de
31 % par rapport à 2012 – mais 8 % de plus que le nombre d’incidents enregistrés en 2011.