75 ans de la Rafle du Vél d’Hiv’ : l’invitation de Macron est un “geste très, très fort”
Rechercher

75 ans de la Rafle du Vél d’Hiv’ : l’invitation de Macron est un “geste très, très fort”

Pour la première fois, un Premier ministre israélien était présent à la commémoration de la rafle ; Netanyahu a remercié le président français, et tous ceux qui luttent pour le souvenir de la Shoah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président français Emmanuel Macron sur le perron de l'Élysée, à Paris, le 16 juillet 2017. (Crédit : Geoffroy van der Hasselt/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président français Emmanuel Macron sur le perron de l'Élysée, à Paris, le 16 juillet 2017. (Crédit : Geoffroy van der Hasselt/AFP)

L’invitation faite par Emmanuel Macron à Benjamin Netanyahu à participer dimanche à Paris aux commémorations de la rafle du Vel d’Hiv est « un geste très, très fort », a salué le Premier ministre lors de la cérémonie avec le président français.

« Cette invitation pour commémorer ensemble main dans la main est un geste très très fort. Elle témoigne de l’amitié ancienne et profonde entre la France et Israël », a lancé Netanyahu, qui a prononcé le début de son discours en français.

C’est la première fois qu’un chef du gouvernement israélien participe à la commémoration.

« A vous M. le président, à la France, à tout le peuple français, du fond du cœur, je dis merci », a-t-il poursuivi, à la tribune de la cérémonie, organisée à proximité de l’endroit où se tenait le vélodrome où furent raflés des milliers de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

« Je ne parle pas très bien le français mais ici à Paris aujourd’hui, je tenais à prononcer quelques mots dans votre langue. Le français était aussi la langue de milliers de Juifs à qui nous rendons hommage aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Il a remercié tous ceux qui contribuent au devoir de mémoire, en rappelant que son épouse, Sara, avait perdu toute sa famille lors de la Shoah. Il a également remercié l’ancien président français Jacques Chirac, pour avoir reconnu la responsabilité de l’Etat français dans ce crime.

Il a ensuite rappelé l’héroïsme des Français qui ont risqué leur vie pour sauver celles des autres.

« La force d’Israël constitue un rempart contre cette barbarie. Plus jamais nous ne laisserons cela arriver », a déclaré Netanyahu sous les applaudissements de l’assistance.

éNous avons assisté à l’émergence de forces extrémistes, qui veulent détruire toutes les religions »,, a-t-il dit en rappelant le discours d’Emmanuel Macron du 14 juillet, qui évoquait une « guerre des civilisations », soulignant qu’il est « tout à fait d’accord » avec cette analyse.

Le chef du gouvernement israélien a également évoqué le meurtre « brutal » de Sarah Halimi, défenestré par un voisin musulman en avril dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...