La police israélienne a annoncé lundi avoir arrêté la semaine passée huit Palestiniens de Jérusalem-Est soupçonnés de faire l’apologie d’attentats anti-israéliens, au cours d’une opération présentée comme sa plus importante du genre à ce jour.

Les suspects, actuellement en garde à vue, sont soupçonnés de s’être livrés à des « incitations à la haine, à la violence et au terrorisme » contre les Juifs et les forces de l’ordre israéliennes, à travers des messages et des vidéos diffusés notamment sur leurs pages Facebook, a indiqué un porte-parole de la police à l’AFP.

Ces arrestations interviennent dans une période de tensions entre Palestiniens et Israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Jérusalem-Est a en particulier été le théâtre depuis l’été de plusieurs attentats anti-israéliens, qui ont culminé le 18 novembre avec une attaque dans une synagogue ayant fait cinq morts.

Les dirigeants israéliens, confrontés par exemple à l’accusation de vouloir autoriser les Juifs à prier sur le mont du Temple, n’ont cessé de dénoncer un climat de propagation de fausses informations et d’incitation à la violence.

L’opération conduite la semaine passée par la police israélienne est la « plus importante visant à réprimer ce genre d’incitations à la violence sur les réseaux sociaux et internet », a dit le porte-parole de la police.

L’un des suspects « s’est fait photographier armé d’un fusil d’assaut de type M-16 », a-t-il dit.

« Ces messages et vidéos ont suscité de très nombreuses réactions de soutien sur Facebook », a-t-il ajouté.

La police va demander lundi à un tribunal de Jérusalem la prolongation de la garde à vue des suspects, a aussi indiqué le porte-parole.