Deux autres bouquetins morts ont été retrouvés samedi au Nahal Ashalim, deux semaines après un incident industriel qui a vu des dizaines de milliers de tonnes de déchets acides se déverser dans la réserve naturelle du sud d’Israël.

La découverte porte à huit le nombre de bouquetins morts depuis la fuite fin juin, alors que la population totale de l’espèce vivant dans la région du sud du désert de Judée est de 26 individus.

« La mort de huit bouquetins de cette population est un coup sévère porté à la population des bouquetins de la zone et en général », a déclaré Gilad Gabbay, responsable de l’Autorité de la nature et des parcs d’Israël. « Il est douloureux et frustrant de voir [ce qui arrive] aux bouquetins et aux autres animaux de la région. »

« Ce coup dur pourrait entraîner des dommages à la flore et à la faune de la zone, qui pourrait prendre des années à être restaurée », a-t-il ajouté.

Un bouquetin mort retrouvé à Nahal Ashalim, le 15 juillet 2017. (Crédit : Autorité de la nature et des parcs)

Un bouquetin mort retrouvé à Nahal Ashalim, le 15 juillet 2017. (Crédit : Autorité de la nature et des parcs)

La fuite toxique a été causée par l’effondrement de l’un des murs d’un réservoir d’acide de l’usine Rotem Fertilizers, et l’acide s’est écoulé dans le wadi voisin.

Même si l’Autorité enquête toujours sur la cause de la mort des bouquetins, elle pense qu’il est très probable que les animaux soient morts à cause de la fuite chimique.

Le cours d'eau boueux d'Ashalim après la fuite de déchets toxiques depuis une usine d'engrais, le 30 juin 2017. (Crédit : ministère de l'Environnement)

Le cours d’eau boueux d’Ashalim après la fuite de déchets toxiques depuis une usine d’engrais, le 30 juin 2017. (Crédit : ministère de l’Environnement)