Environ 300 personnes ont défilé mardi soir à Gaza contre la publication par le journal satirique français Charlie Hebdo d’une nouvelle caricature du prophète Mahomet, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Lors de cette manifestation sans incident, les participants, qui répondaient à l’appel du Hamas, ont scandé des slogans louant le prophète et dénonçant Charlie Hebdo.

Lundi, 200 islamistes radicaux avaient, eux, brûlé le drapeau français et menacé de s’en prendre au Centre culturel français de Gaza, avant d’être arrêtés par dizaines par la police, dirigée par le Hamas islamiste.

Ce dernier tient toujours de fait les rênes du pouvoir dans la bande de Gaza. Mais plusieurs connaisseurs du territoire s’alarment du danger d’une perte progressive de contrôle et d’une montée en puissance de radicaux de plus en plus actifs et visibles depuis la guerre de l’été 2014.

Les autorités religieuses et politiques palestiniennes ont condamné la caricature publiée par Charlie Hebdo, de même que l’attentat contre le journal, qui a fait 12 morts le 7 janvier à Paris et qui a également été dénoncé par le Hamas.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait défilé le dimanche 11 janvier lors de la Marche républicaine, aux côtés de François Hollande.