L’auteur de best-sellers Scott Turow est en visite en Israël cette semaine pour célébrer le 60e anniversaire du programme de bourse universitaire Fulbright dans le pays.

Turow, 67 ans, auteur de dix best-sellers de fiction — du premier d’entre eux, “Présumé Innocent”, qui a été adapté au cinéma avec Harrison Ford à sa suite, “Innocent” jusqu’à “Identique” – devrait prendre la parole lors de divers évènements à l’occasion de son séjour d’une semaine en Israël.

La visite a été organisée par la Commission Fulbright d’Israël, la Fondation pour l’Education des Etats Unis et l’ambassade américaine dans le cadre d’un programme de conférences données par des ressortissants américains. Turow n’était venu qu’à une seule occasion en Israël auparavant, en compagnie de ses parents, il y a 48 ans.

Turow est également un avocat en activité, connu pour sa fervente opposition à la peine capitale, qu’il a exprimé maintes fois. Il travaille en partenariat avec un bureau de Chicago dépendant de Dentons, une firme internationale (anciennement Sonnenschein, Nath & Rosenthal) depuis 1986, concentrant son exercice à la défense des criminels à col blanc tout en consacrant un temps substantiel aux affaires qu’il assure en bénévole.

L'auteur de best-sellers Scott Turow  à l'American Center de Jérusalem le 11 décembre 2016 (Crédit :  Bill Murad)

L’auteur de best-sellers Scott Turow à l’American Center de Jérusalem le 11 décembre 2016 (Crédit : Bill Murad)

Le Times of Israel a interrogé Turow sur ce qu’il pense du taux de délinquance urbaine relativement bas d’Israël en comparaison avec les rues de Chicago.

“Je pense que c’est merveilleux d’avoir peu de délinquance urbaine et c’est probablement une preuve que la manière dont fonctionne ce pays est la bonne”, a-t-il répondu, mentionnant spécifiquement le « filet social de sécurité particulièrement fort » du pays.

“Israël a été fondé sur une vision socialiste et, même si ce n’est clairement plus la formation politique dominante, il semble que cela ait produit une société qui est moins rattachée aux classes. Il y a donc moins de colère liée aux catégories sociales et à la race et moins de sentiment de désespérance, et c’est une bonne chose”, a-t-il répondu.

Dans le cadre de son séjour, Turow a pris la parole au Centre Américain de Jérusalem et devant le Programme de mastère Shaindy Rudoff consacré à l’écriture créative à l’université Bar Ilan, où il a répondu aux questions des aspirants écrivains et lu un extrait de “Testimony”, son prochain roman qui devrait figurer rapidement sur les rayons des librairies.

L’action de “Testimony,” qui sortira en mai 2017, se déroule à la Haye et, contrairement à ses romans précédents, se concentre sur le droit international.

Alors qu’on lui demandait pourquoi il avait considéré comme important d’écrire sur ce sujet et d’évoquer les crimes de guerre, il a répondu : « La justice en elle-même est une bonne chose. Vous ne pouvez pas refaire ces horribles événements mais vous pouvez les dénoncer et vous pouvez punir ceux qui en sont responsables. Vous pouvez permettre à une société de commencer à guérir ».

Turow est optimiste quand il parle de l’avenir de l’Amérique mais il déclare : “Peu importe de quel côté de l’échiquier politique vous vous trouvez, je pense que tout le monde dira que c’est une période effrayante pour l’Amérique. Les populations vivent en compartiments. Elles ne parlent qu’aux gens qui partagent leurs propres opinions et c’est comme cela que les fausses informations se trouvent en mesure de se propager. » Les gens lisent les contenus qui vont nourrir leurs préjudices, a-t-il averti.

Toutefois, a-t-il continué, “j’ai une grande foi dans la démocratie américaine. Si nous pouvons survivre à “l’impeachment” d’un président, à une élection nationale contestée et à la pire attaque commise sur notre territoire depuis 1812, on devrait être capables de traverser la phase que nous connaissons actuellement. »

Turow espère gagner “un sens de la société” lors de sa visite en Israël et voir “ce à quoi ressemble Israël et comment le pays prospère ».

Il a expliqué « qu’Israël a été au centre de toutes sortes d’effervescences depuis des décennies et, en tant que Juif américain, le pays occupe une place importante dans toutes les discussions [qu’il peut] avoir.»

“Il y a donc une part d’énigme et je veux seulement en savoir davantage sur Israël. »