Samedi après-midi, un rassemblement néo-nazi dans le centre de Londres a été accueilli par une grande contre-manifestation menée par des organisations juives et anti-racistes.

On ne comptait qu’une douzaine de personnes à la manifestation néo-nazie contre la « judaïsation » du quartier de Golders Green à Londres – où la manifestation devait à l’origine avoir lieu. La zone compte une population à 40 % juive.

 

Les autorités avaient déplacé le rassemblement à Richmond Terrace, à Westminster, craignant le désordre public.

Le nouvel emplacement a été sécurisé par environ 200 policiers qui avaient bouclé une zone pour les néo-nazis.

Ces derniers brandissaient des drapeaux palestiniens et confédérés, ainsi que plusieurs bannières nationalistes, dont une avec le slogan « White Pride ».

Les néo-nazis ont été rapidement dépassés en nombre par les contre-manifestants, au nombre de 200, qui criaient des slogans tels que : « Nazis hors de nos rues » et « Nous sommes noirs, blancs, asiatiques et nous sommes juifs, et il y a beaucoup, beaucoup plus de personnes comme nous que comme vous » , selon un reportage publié dans l’Evening Standard.

On a vu également des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Plus jamais. Non aux nazis », ainsi qu’un drapeau israélien. Les manifestations ont pris fin à 14 heures, heure locale.

Le vendredi, un rassemblement organisé par le London Jewish Forum London et Hope not Hate, contre la manifestation néo-nazi prévue le lendemain – sous le slogan « Golders Green Ensemble » – s’était montré divisé sur la question de l’affichage ou non des drapeaux israéliens.