Une Juive et un Musulman, dont la photo exprimant un deuil partagé après l’attentat terroriste de Manchester est devenue virale et a symbolisé un espoir de coexistence, sont bons amis depuis plus de dix ans.

Renée Black, une Juive âgée de 93 ans et Sadiq Patel, un Musulman, ont fait le déplacement jusqu’à Manchester mercredi depuis la ville voisine de Blackburn pour rendre hommage aux victimes.

Le duo a été pris en photo et filmé en train de discuter et de prier ensemble auprès d’un mémorial improvisé sur la place Albert, dans le centre de la ville.

« Quand nous traversions Albert Square, je n’arrêtais pas de demander à Sadiq : ‘Pourquoi tout le monde nous regarde-t-il ?’ Je ne pouvais pas comprendre que c’était parce que nous étions ensemble tous les deux. Tout ce à quoi je réussissais à penser, c’était à cette pauvre petite fille de huit ans », a déclaré Black, se référant à l’une des victimes.

« Dieu a été bon avec moi. Je suis à la fin de ma vie maintenant, tandis que la sienne aurait dû continuer. »

Selon le Daily Mail, ces deux natifs de Blackburn sont amis depuis plus d’une décennie et tous les deux membres d’un groupe interconfessionnel.

La mort du partenaire de Black, Harry, il y a trois ans, et plusieurs accidents vasculaires cérébraux mineurs qu’elle a subis ont contribué à rapprocher encore les deux amis, Patel rendant souvent visite à Black et l’emmenant à Manchester acheter de la nourriture casher, ont raconté les deux camarades.

Black est née à Blackburn en 1924, fille d’un père juif lituanien, tandis que son grand-père maternel était un juif russe. Si la ville a eu à une époque une synagogue et une communauté juive, Black a indiqué au Mail qu’elle pensait qu’elle était dorénavant la seule Juive de la commune.

Elle a déclaré au quotidien britannique qu’après la Shoah et un certain nombre d’expériences antisémites dans sa jeunesse, elle avait toujours eu le sentiment qu’il était important de construire des passerelles avec les autres groupes d’immigrants.

« J’avais 15 ans quand la Seconde Guerre mondiale a commencé et je me souviens d’avoir été horrifiée lorsque nous avons appris l’existence des chambres à gaz et des camps de la mort », a-t-elle dit, tout en ajoutant que « j’ai toujours eu le sentiment de devoir quelques chose aux millions de Juifs assassinés et de devoir prendre position contre la haine ».

Patel, pour sa part, est né à Blackburn dans une famille d’immigrants musulmans venue d’Inde.

Il a déclaré que, même si son amitié avec Black pouvait paraître « inhabituelle », elle était le témoignage de leur capacité à se concentrer sur ce qu’ils avaient en commun plutôt que sur leurs différences.

« C’est inhabituel pour un musulman en robe, avec un chapeau et une barbe et une femme juive d’être amis, mais fêtons ce que nous avons en commun. Nous partageons tous les mêmes choses – les naissances, les mariages, les deuils – alors réfléchissons et tolérons les différences de chacun », aurait-il dit selon le Mail.

Black et Patel ont expliqué au quotidien qu’il avait été le seul musulman à avoir assisté aux funérailles de son partenaire juif Harry, tandis, qu’à son tour, elle avait été la seule juive présente lors de l’enterrement de sa mère.

Patel a expliqué qu’il avait été « honoré » que Black vienne ainsi lors de la cérémonie de funérailles de sa mère, qui s’était produite le jour du Shabbat.

« C’était emblématique pour moi, a-t-il estimé. Renée n’a jamais brisé Shabbat une seule fois dans sa vie. »

Patel a ajouté que « en tant que musulman, je me sentais très nerveux d’aller à Albert Square. Vous n’êtes jamais sûr de la manière dont certains pourront réagir face à votre présence parce que ces terroristes radicalisés ont terni l’image de la foi islamique. »

« Je m’inquiétais de ce qu’on attire l’attention, mais j’ai été très surpris. L’atmosphère était si sombre et si sereine, et nous nous sommes sentis tous les deux très émus. Renée était vraiment bouleversée en pensant à ces pauvres enfants qui sont morts. »

Patel a ajouté : « Pour nous deux, cela semble incompréhensible que quelqu’un puisse se saisir de tant de vies innocentes au nom de la foi. Ce n’est certainement pas une foi telle que nous deux la reconnaissons. »

Répondant à toute l’attention qui a été accordée aux images des deux amis au mémorial de Manchester, Patel a dit espérer qu’elles puissent être une opportunité de rapprochement entre les gens.

« Nous ne nous nous attendions pas à ce que ces photographies fassent le tour du monde mais j’espère vraiment que les gens les regarderont et verront que deux individus issus de différentes croyances peuvent se réunir dans l’harmonie et rester unis », a-t-il dit.

« Notre exemple n’est qu’un seul parmi des milliers d’amitié et actes de gentillesse que nous ne voyons pas. »

JTA a contribué à cet article.