La police israélienne a expulsé dimanche, le jour de Noël, des Palestiniens et leurs chiens de garde des locaux d’une église de Jérusalem Est qu’ils avaient prise par la force et profanée.

La police cherchait à rendre la propriété au pasteur de l’église du « Pain vivant » de Jérusalem, Karen Dunham. Les Palestiniens, qui affirment que le bâtiment leur appartient, sont ensuite revenus dans l’église avec une ordonnance restrictive pour le pasteur. Le diférend sera présentée mardi au tribunal.

Dunham a déclaré lundi au Times of Israël qu’elle et son équipe avaient fait face à une campagne de violence et d’intimidation depuis plus de deux ans et demi de la part d’un groupe d’hommes qui revendiquent la propriété du bâtiment.

Fin novembre, alors que l’église était vide pendant la journée certains des hommes y sont entrés, ont changé les serrures, volé ce qui avait de la valeur, comme huit ordinateurs portables, trois ordinateurs et de l’argent liquide, et saccagé le bâtiment. Quand Dunham y est retournée le lendemain, elle a trouvé certains des biens de l’église en train de brûler dans une benne à l’extérieur.

« On aurait dit qu’une bombe avait explosé dans le bâtiment », a raconté Dunham.

Une vidéo tournée par la Dixième chaîne, qui a la première annoncé cette histoire dimanche, montrait des chiens de garde, laissés par ceux qui avaient saisi le bâtiment, en train d’aboyer sur les policiers. Elle montrait également que la croix de l’entrée de l’église avait été recouverte, et la proclamation islamique « Dieu est grand » avait été taguée en arabe en travers de la porte d’entrée et le long des murs extérieurs de la propriété.

Mais, bien que Dunham et son équipe aient été irrités par les dégâts de l’église, le pasteur a déclaré qu’elle et son équipe de 30 personnes auraient pu affronter bien pire.

« Il y a environ deux ans, ils m’ont battue jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer, et m’ont laissée pour morte devant l’église », a raconté Dunham.

Le conflit a commencé il y a environ deux ans et demi, quand Dunham a refusé d’abandonner son bail.

Elle a expliqué que l’acte original sur le terrain donne le contrôle de la propriété à 16 membres d’une même famille. Elle affirme avoir signé un bail de 20 ans en 2007, avec une option pour 10 années supplémentaires, avec 15 membres de la famille pour 96 % de la propriété. La dizaine d’hommes avec qui elle est en conflit revendique les 4 % restants de la propriété, selon Dunham.

L'église du Pain vivant de Jérusalem a été saccagée par des vandales qui ont volé les biens de l'église et les ont brûlé dans une benne voisine, en novembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’église du Pain vivant de Jérusalem a été saccagée par des vandales qui ont volé les biens de l’église et les ont brûlé dans une benne voisine, en novembre 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

L’attaque contre Dunham n’est qu’une des nombreuses violences qu’elle et son équipe ont affrontées, notamment, dit-elle, une tentative de les gazer devant l’église.

Jusqu’à récemment, deux orphelins trisomiques juifs vivaient dans le bâtiment. Dunham a déclaré que certains de ses attaquants avaient menacé de leur couper la tête.

Ces dernières années, le pasteur a rapporté les attaques contre elle, son équipe et l’église à la police de Jérusalem Est, mais elle s’est heurtée à l’inertie.

« A Jérusalem Est, quand nous avons voulu porter plainte, le soir même où tout brûlait, nous avons dit qu’ils nous cambriolaient et brûlaient nos affaires, et ils nous ont répondu d’appeler demain, qu’ils étaient occupés. »

Dunham a déclaré que ce qui avait entraîné ce qu’elle appelle son « miracle de Noël » à Jérusalem était l’implication personnelle du super-intendant en chef de Jérusalem Est, Nisso Guetta.

Quand, avec Guetta, ils se sont vus le jour de Noël, il a déclaré qu’il « ferait tout ce qui est son pouvoir pour éradiquer le cloaque de violence et de corruption » de la partie majoritairement arabe de la ville.

« Depuis les neuf ans que je vis à Jérusalem Est, je n’ai jamais vu personne réagir ainsi », a-t-elle déclaré, en parlant de la passion de Guetta pour son affaire.

Ce même jour, Dunham est retournée dans l’église avec l’aide de la police. Mais quelques heures après, a-t-elle raconté, les hommes qui revendiquent le bâtiment sont arrivés du tribunal avec une ordonnance restrictive, lui interdisant temporairement d’être dans l’enceinte de la propriété.

Les hommes ont accusé le pasteur et son équipe d’avoir endommagé eux-mêmes le bâtiment, a-t-elle déclaré.

Elle a annoncé que l’affaire serait présentée mardi au tribunal.