Le clip d’une Amy Winehouse âgée de 14 ans chantant de manière impressionnante « Happy BIrthday » à son amie a été mis en ligne avant la sortie en salles d’un nouveau documentaire acclamé sur la carrière éclair et la disparition rapide de la chanteuse juive.

Montrant une Winehouse fantasque qui s’amuse avec un groupe d’amis proches lors d’une fête d’anniversaire de Lauren Gilbert, la scène sert d’introduction tragique au nouveau film « Amy », dont la première au Festival du film de Cannes plus tôt ce mois a recueilli des critiques élogieuses.

Le film utilise des vidéos intimes et familiales pour retracer la vie de la chanteuse de jazz britannique, de son adolescence à sa mort tragique d’une intoxication alcoolique, en 2011 à 27 ans.

« Beaucoup de gens m’ont demandé : ‘Pourquoi voulez-vous faire un film sur une junkie ?’ », a révélé Asif Kapadia, le réalisateur du film, à un petit groupe de journalistes plus tôt ce mois.

« Voilà exactement pourquoi je devais faire le film, parce que – quelle horrible chose à dire au sujet d’une gosse. Cette personne avait été ignorée et il y avait tellement plus à son sujet ».

« Amy » a déclenché une controverse à Cannes. Son père, Mitch Winehouse, s’est plaint du fait que le documentaire le dépeint comme un « grippe-sous » et un individu en « quête d’attention ».

Mercredi, un dirigeant du label d’Amy Winehouse a déclaré qu’il avait détruit toutes les démos de la chanteuse pour s’assurer qu’elles ne sortent jamais à l’avenir.

« Ce fut une chose morale », a déclaré au magazine Billboard le chef de la direction d’Universal Music UK, David Joseph, également le producteur exécutif du nouveau film.

« Prendre ne serait-ce qu’un bout ou une note [de ses enregistrements] est quelque chose qui se ne produirait jamais en ma présence. Maintenant cela ne se produira pas en la présence de quelqu’un d’autre. »

L’AFP contribué à cet article.