« Pour l’instant, il y a l’espoir d’un cessez-le-feu », a déclaré M. Abbas après s’être entretenu à Amman avec le roi Abdallah II de Jordanie, selon un communiqué du palais.

« Nous devons attendre (…) et insister sur le fait que mettre fin aux combats est la seule solution pour alléger la souffrance des Palestiniens et mettre fin au bain de sang. Tout le monde doit travailler à cela », a-t-il ajouté selon le palais royal jordanien.

Selon M. Abbas, « il faut approuver » la proposition de trêve présentée par l’Egypte, et acceptée par Israël mais pas par le Hamas.

« Elle a déjà été approuvée. Un cessez-le-feu sera obtenu conformément à l’initiative égyptienne avant l’ouverture de négociations sur certaines revendications », a-t-il ajouté selon le communiqué qui n’a pas donné plus de précisions.

« Nous avons beaucoup de revendications », a-t-il précisé.

« Ce qui se passe à Gaza devrait pousser à créer une atmosphère qui donne de l’élan au processus de paix et à une reprise des négociations pour éviter plus de violence dans la région », a déclaré le roi Abdallah II, dont le pays a signé un traité de paix avec Israël en 1994.

Le secrétaire d’Etat américain, qui a rencontré mercredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, était jeudi au Caire, d’où il a appelé la Turquie et le Qatar, alliés du Hamas, à faire pression sur le mouvement islamiste palestinien pour qu’il accepte une trêve.