Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a accusé mardi le Hamas de « saboter » et de « détruire » la réconciliation palestinienne, à la suite d’explosions ayant visé vendredi les biens de cadres du Fatah dans la bande de Gaza.

« Ceux qui ont perpétré les explosions à Gaza sont les dirigeants du Hamas, et ils sont responsables », a lancé M. Abbas lors d’un discours à Ramallah à l’occasion du 10ème anniversaire de la mort de Yasser Arafat. Il a dénoncé des actions pour « saboter et détruire le projet national palestinien ».

Une dizaine d’explosions avaient visé vendredi les biens de responsables du Fatah, le parti de M. Abbas, dans la bande de Gaza dont le Hamas islamiste a pris le contrôle en 2007.

Abbas est revenu dans son discours sur les violences qui secouent désormais quotidiennement Jérusalem-Est, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Ces tensions se sont récemment cristallisées autour d’Al-Aqsa sur le mont du Temple, où des Juifs réclament le droit de prier.

Les Palestiniens « défendront Al-Aqsa et les églises contre les colons et les extrémistes », a promis M. Abbas, dont les propos faisaient référence aux églises chrétiennes.

Il a évoqué le projet palestinien de soumettre courant novembre au Conseil de sécurité un projet de résolution fixant une date butoir pour la fin de « l’occupation israélienne ». Et a de nouveau promis que l’Etat de Palestine — qui a le statut d’observateur à l’ONU — adhérerait à une multitude d’organisations internationales si le projet de résolution était rejeté.

« Nous ne tolérerons aucune pression », a-t-il dit, en faisant allusion notamment aux pressions américaines pour que les Palestiniens renoncent à leur démarche au Conseil de sécurité.

Le Hamas dénonce les « mensonges » et les « insultes » d’Abbas

Le Hamas a dénoncé mardi les « mensonges » et les « insultes » du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a accusé le mouvement islamiste d’être « responsable » des attentats ayant visé les biens de cadres de son parti, le Fatah.

Ces attentats et ces attaques verbales, prononcées dans le contexte du 10ème anniversaire de la mort de Yasser Arafat, constituent l’épisode de tensions le plus grave entre le Fatah et le Hamas depuis leur réconciliation le printemps dernier.

« Le discours d’Abbas est un tissu de mensonges, d’insultes et de désinformation », a affirmé Mouchir al-Masri, un porte-parole du Hamas, à l’AFP. « Il est la preuve de son caractère sectaire et partisan alors même que le peuple palestinien a besoin d’un président courageux ».

« Le Fatah essaie de faire porter au Hamas la responsabilité de l’échec dans l’organisation de cet anniversaire et tente de cacher sa crise interne en accusant le Hamas », a-t-il encore souligné.