Le président palestinien Mahmoud Abbas a félicité vendredi le peuple iranien à l’occasion de Norouz, le Nouvel An iranien, souhaitant « le renforcement des liens de fraternité et de coopération dans tous les pays de la région ».

Le président israélien Shimon Peres avait également adressé jeudi un message de « Joyeux Norouz » aux Iraniens via les réseaux sociaux, Téhéran ne reconnaissant pas Israël. Il a souhaité aux deux peuples « une année de science et de paix, sans guerre ni menaces ».

Selon un communiqué de la présidence palestinienne, M. Abbas a « félicité le peuple iranien à l’occasion de la fête de Norouz, lui souhaitant prospérité et progrès », et exprimant « l’espoir que ce soit l’occasion de renforcer les liens de fraternité et de coopération dans tous les pays de la région, au service de l’intérêt et de la stabilité pour tous les peuples ».

Les relations entre l’Iran et la direction palestinienne, tendues depuis les accords de paix d’Oslo avec Israël en 1993, se sont récemment améliorées, parallèlement à la dégradation des liens entre le Hamas et Téhéran, le mouvement islamiste palestinien ayant refusé d’appuyer le régime face à la rébellion.

Le président palestinien a ainsi participé à un sommet des pays non-alignés en août 2012 à Téhéran et Jibril Rajoub, un dirigeant de son mouvement, le Fatah, a été reçu en janvier en Iran.

Téhéran, parrain du Hezbollah chiite libanais et qui soutient les mouvements islamistes palestiniens, le Jihad islamique et, dans une moindre mesure, le Hamas, affirme régulièrement qu’Israël est voué à disparaître.

Mais, contrairement à son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad, qui avait qualifié l’Holocauste de « mythe », le nouveau président iranien Hassan Rohani a condamné « le massacre des Juifs par les nazis ».

Dans un discours à l’occasion du Nouvel An iranien, le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a émis vendredi des doutes sur l’existence et l’ampleur du génocide des Juifs par l’Allemagne nazie.