Dans une interview publiée dimanche matin, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé les dirigeants israéliens à condamner la mort de deux Palestiniens lors des tentatives de recherche des trois adolescents enlevés en Cisjordanie, et a rejeté la conclusion que le groupe terroriste Hamas était forcément derrière l’enlèvement.

Interrogé sur la question de savoir si l’opération massive d’Israël en Cisjordanie pour retrouver les adolescents et punir le Hamas était justifiée, Abbas a déclaré que la mort de deux Palestiniens, dont un garçon de 14 ans, par des tirs israéliens pendant les opérations de recherche, devaient être condamnés de la même façon qu’il avait lui-même condamné l’enlèvement.

« J’ai qualifié le kidnapping de criminel. Mais justifie-t-il le meurtre de la jeunesse palestinienne de sang-froid? », a-t-il déclaré au quotidien Haaretz. « Qu’est-ce que [le Premier ministre israélien Benjamin] Netanyahu a à dire sur ces massacres ? Va-t-il les condamner ? »

Mohamed Dadoun, âgé de 14 ans, a été tué vendredi lors d’affrontements avec les troupes israéliennes dans la ville de Dura, près de Hébron. Au moins trois autres Palestiniens ont été blessés le même jour par des tirs israéliens lors d’autres manifestations en Cisjordanie.

Plus tôt dans la semaine, un Palestinien de 20 ans avait été tué lors d’un affrontement avec l’armée près de Ramallah.

Abbas a condamné l’enlèvement et lancé des appels publics pour le retour des trois adolescents. Il a promis de poursuivre la coopération en matière de sécurité de l’Autorité palestinienne avec Israël pour les retrouver.

Il a déclaré au Haaretz que l’AP avait déjoué 43 complots d’enlèvements contre les Israéliens depuis 2013.

Netanyahu a accusé le Hamas d’être responsable de l’enlèvement, et appelé Abbas à annuler le pacte d’unité avec le groupe terroriste, mais Abbas a déclaré au journal israélien qu’il n’était pas convaincu que le Hamas était responsable du rapt.

« Je n’ai pas l’intention de punir quiconque en raison de soupçons ou parce que Netanyahu affirme quelque chose, » a-t-il ajouté. « Si Netanyahu a des informations, qu’il me les transmette et nous les traiterons selon nos lois. »

Le Hamas s’est félicité de l’enlèvement, mais a nié toute responsabilité.
Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki a déclaré vendredi que si le Hamas se trouvait être derrière l’enlèvement, il y aurait des conséquences « dramatiques ».

« Si le Hamas était derrière –  et personne ne le sait jusqu’à pour l’instant – ce serait un coup dur pour le processus de réconciliation », a déclaré Maliki.

« Si nous arrivons à cette conclusion, le président prendra des décisions drastiques. »