Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a répondu dimanche à l’appel de Benjamin Netanyahu aux hommes politiques israéliens afin de diminuer les tensions qui entourent le mont du Temple. Abbas a affirmé que le Premier ministre avait pris une voie nécessaire vers la répression des violences en cours à Jérusalem.

Dans un communiqué publié par son bureau, M. Abbas a déclaré que le Premier ministre israélien avait eu raison de demander à ses collègues d’agir de manière responsable et modérée afin de veiller à ce que la situation à Jérusalem ne devienne pas hors de contrôle, a rapporté Ynet.

Netanyahu s’était exprimé dimanche au début de la réunion hebdomadaire de son cabinet.

L’appel de Netanyahu est venu après que des activistes de droite et plusieurs députés ont appelé à une marche jeudi sur le mont du Temple en réponse à la tentative d’assassinat de Yehuda Glick par un tireur palestinien. Ces événements ont conduit les autorités israéliennes à fermer le mont du Temple jeudi à la fois pour les musulmans et les Juifs, une initiative qualifiée de
« déclaration de guerre » par Abbas. L’ordre de fermeture a été levé vendredi.

Dans sa déclaration, Abbas soulignait que l’ « incitation à la haine de droite » pourrait avoir des « conséquences dangereuses sur l’ensemble de la région. »

Défiant l’appel de Netanyahu, le député Likud Moshé Feiglin s’est rendu sur le mont du Temple dimanche et le ministre du Logement Uri Ariel a fait savoir, lors d’un rassemblement samedi soir, que le statu quo sur le mont du Temple – où les Juifs n’ont à l’heure actuelle pas le droit de prier – allait changer.

Pendant ce temps, l’état ​​de Glick s’est amélioré au cours du week-end. Son état est resté grave cependant, et il devait subir une nouvelle intervention chirurgicale lundi.