Mahmoud Abbas a prévenu samedi qu’il prendrait des mesures dans les limites des « traités internationaux » si Israël ne relâchait pas un contingent de prisonniers qui doit être libéré le 29 mars.

Lors de la reprise des négociations de paix en juillet sous l’égide des Etats-Unis, Israël s’est engagé à relâcher 104 prisonniers palestiniens en quatre phases, dont les trois premiers contingents, de 26 chacun, ont déjà été libérés.

« Nous attendons la libération du quatrième contingent de prisonniers, comme convenu avec Israël et les Etats-Unis », a-t-il dit aux membres du comité central du Fatah.

« S’ils ne sont pas relâchés, il s’agira d’une violation de l’accord, et cela nous autorise à agir de la façon que nous jugerons la plus appropriée, dans le cadre des traités internationaux », a averti M. Abbas.

Des ministres israéliens ont émis des doutes sur la libération du quatrième contingent de prisonniers palestiniens, si les négociations de paix n’aboutissent pas.

Début mars, M. Abbas avait indiqué qu’il exigerait, pour prolonger les pourparlers de paix au-delà de leur échéance, le 29 avril, qu’Israël gèle la colonisation dans les territoires palestiniens occupés et libère des prisonniers supplémentaires.

Les négociations sont dans l’impasse et un porte-parole palestinien a affirmé jeudi qu’elles allaient échouer, après une annonce sur la construction de plus de 2 000 logements dans des implantations de Cisjordanie.