Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré samedi soir que la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant les implantations israéliennes était un pas dans la bonne direction pour son peuple. Il a affirmé qu’elle posait les « bases légales » d’une solution à deux états au conflit, et a appelé Israël à faire la paix.

« Le vote en faveur d’une résolution n’a pas résolu la cause palestinienne, mais l’a définie », a déclaré Abbas pendant un dîner de Noël à Bethléem, selon l’agence de presse officielle Wafa. « La résolution a souligné les bases légales pour une solution et répété que la colonisation israélienne est illégale. »

La résolution 2334 affirme que les implantations de Cisjordanie et des quartiers juifs de Jérusalem Est n’ont « pas de validité juridique et constituent une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la mise en place d’une solution à deux états et à une paix juste, durable et complète. » Elle demande également un arrêt immédiat de toute construction dans les implantations.

La résolution a été votée vendredi par 14 voix favorable et aucune opposée après l’abstention de l’administration Obama, une rupture flagrante avec sa politique des huit dernières années. Initialement présentée par l’Egypte, la résolution a été présentée par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Venezuela et le Sénégal, qui sont intervenus quand le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a retiré la motion après des pressions d’Israël et du président américain élu Donald Trump.

« Le monde a parlé, la colonisation dans les territoires palestiniens occupés en 1967, y compris Jérusalem Est, est illégale », a déclaré Abbas samedi soir selon une traduction de ses propos publiée par Xinhua.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, à Jérusalem, le 15 septembre 2010. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, à Jérusalem, le 15 septembre 2010. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Le dirigeant palestinien a appelé Israël « à s’asseoir à la table des négociations pour discuter de tous les sujets en suspens entre nous et les résoudre avec de bonnes intentions… Nous sommes voisins sur cette terre sainte, et nous voulons la paix. »

« Vous [Israël] avez votre état, et nous pouvons avoir notre état, et alors nous vivrons côte-à-côte en paix et en sécurité », a-t-il poursuivi. Il a ensuite évoqué l’Initiative de paix arabe, qui verrait 57 pays arabes et islamiques normaliser leurs relations avec Israël si un accord de paix était conclu avec les Palestiniens.