Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a apporté son soutien à l’Egypte face au mouvement terroriste du Hamas, qu’il accuse régulièrement de ne pas partager le pouvoir à Gaza, dans une interview dont l’agence de presse Mena a publié des extraits jeudi.

Le Hamas et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui chapeaute l’Autorité palestinienne dirigée par M. Abbas, ont conclu au printemps un accord de réconciliation, mais peinent depuis à travailler en coordination.

« Nous avons soutenu toutes les mesures de précaution prises par les autorités égyptiennes pour fermer les tunnels et empêcher le trafic d’armes et le passage d’individus entre Gaza et le Sinaï, et nous soutiendrons n’importe quelle mesure protégeant l’Egypte de tout danger », a indiqué M. Abbas dans une interview à la revue étatique Al-Ahram Al-Arabi, qui doit paraître samedi mais dont des extraits ont été publiés jeudi soir par l’agence de presse officielle Mena. Un responsable de la rédaction d’Al-Ahram a confirmé la teneur de ces propos.

Depuis que l’armée égyptienne a destitué le président Mohamed Morsi en juillet 2013, les nouvelles autorités du pays accusent le Hamas de soutenir la confrérie des Frères musulmans dont est issu l’ex-chef de l’Etat islamiste.

Le pouvoir égyptien soupçonne également des membres du Hamas de prêter main forte aux djihadistes qui ont multiplié les attentats contre les forces de l’ordre dans la péninsule du Sinaï.

« S’il est prouvé que des membres ou des groupes du Hamas sont impliqués dans des attaques terroristes contre l’Egypte, elle a le droit de les poursuivre et de les punir », a indiqué M. Abbas, selon la Mena.

Les autorités égyptiennes ont entamé la construction d’une zone-tampon à la frontière entre le Sinaï et Gaza, mesure qui devrait permettre selon le gouvernement d’éliminer les tunnels clandestins vers Gaza, qui seraient utilisés pour le trafic d’armes et le passage des djihadistes.

Pour lire plus d’extraits, cliquez ici.