Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a indiqué lundi que les Palestiniens décideraient bientôt si oui ou non s’ils déposeraient une plainte contre Israël à la Cour pénale internationale et les institutions onusiennes en novembre, selon l’agence de nouvelles Maan.

En route vers New York pour assister à l’Assemblée générale de l’ONU, le président de l’AP insiste sur le fait que la pression israélienne ne dissuadera pas les Palestiniens de mettre en œuvre leur décision.

Abbas a considéré pendant des mois la décision de se joindre à la cour, car cet acte transformera ses relations avec Israël. Elles passeront de tendues à ouvertement hostiles. Cela pourrait aussi créer des tensions entre l’AP et les Etats-Unis.

Le ministre des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a ajouté que les factions palestiniennes pourraient signer les Statuts de Rome pour rejoindre la CPI avant la fin de l’année. Il a averti Israël qu’il regretterait de ne pas être parvenu à un accord directement avec les Palestiniens.

« Israël regrettera le temps précieux qu’il a perdu à cause de son entêtement, sa vantardise et son besoin de satisfaire les partis de droite », a déclaré Al-Maliki.