Abdallah II : il y aura de la violence si l’initiative de paix américaine échoue
Rechercher

Abdallah II : il y aura de la violence si l’initiative de paix américaine échoue

Le roi de Jordanie a rencontré Mike Pence et H.R. McMaster et a appelé à "l’intensification des efforts pour relancer de sérieuses négociations"

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Abdullah II de Jordanie avec Mike Pence à Washington, le 27 novembre, 2017 (Crédit :  Jordanian Royal Court)
Abdullah II de Jordanie avec Mike Pence à Washington, le 27 novembre, 2017 (Crédit : Jordanian Royal Court)

WASHINGTON – Le roi Abdallah II de Jordanie a averti les membres de l’administration Trump lundi que si la question palestinienne n’était pas résolue, de graves tensions pourraient secouer le Moyen Orient.

La délégation de la Maison Blanche, chargée de résoudre le conflit israélo-palestinien, s’apprête à intensifier ses efforts pour relancer les négociations entre les parties.

Dans la capitale jordanienne, le roi a rencontré séparément le vice-président Mike Pence et le conseiller à la sécurité intérieure H.R. McMaster.

Durant son entretien avec Pence, il a appelé à « l’intensification des efforts pour relancer des négociations sérieuses et efficaces sur la base de la solution à 2 états », selon une transcription de la conversation fournie par la Cour jordanienne.

L’administration Trump, qui a fait de la négociation d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens une priorité, n’a pas embrayé le pas aux trois présidents précédents dans ses choix diplomatiques, qui encourageaient à la création de deux états.

« Je regarde [la solution] à deux états et [la solution] d’un état unique, et j’aime celle que les deux parties aiment », avait déclaré Trump durant une conférence de presse aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, en février dernier, quand ce dernier s’est rendu à Washington.

Le New York Times a indiqué ce mois-ci que l’équipe de Trump se prépare à proposer un plan de paix pour le début de l’année 2018. On ne sait pas exactement si ce plan inclura ou exigera la création d’un état palestinien.

Néanmoins, Abdullah a déclaré à McMaster que les tensions régionales s’intensifieront de manière dramatique si les efforts de l’administration américaine venaient à échouer.

« Le Roi a souligné que si l’on ne parvenait pas à une solution juste et complète pour la cause palestinienne, cela causerait davantage d’extrémisme et de violence au Moyen Orient », peut-on lire sur la transcription.

Abdullah a aussi rencontré le secrétaire à la Défense Jim Mattis, le conseiller (et gendre) de Trump, Jared Kushner, qui coordonne l’initiative de paix de Trump, et des membres de l’AIPAC.

Aucune information n’a été communiquée quant à ces entretiens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...