Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a affirmé lundi l’engagement de son pays envers la paix et à faire en sorte que ne se reproduisent pas des tragédies comme la Shoah, lors d’une visite au mémorial dédié aux victimes de l’Holocauste à Jérusalem.

« J’ai visité la maison d’Anne Frank à Amsterdam en mars l’année dernière. Je me tiens devant vous totalement déterminé: plus jamais l’Holocauste », a-t-il déclaré en japonais et en hébreu à l’issue de sa visite à Yad Vashem, point de passage quasiment obligé pour les visiteurs de marque en Israël.

« Nous marquons cette année le 70ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et la libération d’Auschwitz. Je prends l’engagement que nous ne devons jamais permettre que des tragédies comme celle-ci se reproduisent », a-t-il déclaré, des mots qu’il a également inscrits sur le livre d’honneur du mémorial.

« Le Japon est déterminé à contribuer de manière encore plus active à la paix et à la stabilité du monde », a-t-il dit.

Abe, placé sous très haute protection, a ranimé la « flamme éternelle » et déposé une gerbe dans la salle de la mémoire, imposante et sombre construction de béton et de basalt sur le sol de laquelle sont inscrits les noms des camps d’extermination nazis.

Il s’est ensuite recueilli devant l’arbre planté en mémoire de Chiune Sempo Sugihara, seul « Juste parmi les justes » japonais selon Yad Vashem.

Ce diplomate de carrière japonais en poste à Kaunas (alors capitale de la Lituanie) a délivré en 1940, contre l’avis de sa chancellerie, 3 500 visas à des juifs cherchant à fuir l’Europe.

Abe effectue la première visite en Israël d’un chef de gouvernement japonais depuis neuf ans. Il termine par Israël et les Territoires palestiniens une tournée régionale l’ayant conduit également en Egypte et en Jordanie, et visant à promouvoir la stabilité au Moyen-Orient, ainsi qu’à développer les liens économiques.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a affirmé lundi à Jérusalem vouloir renforcer la coopération économique avec Israël et promouvoir la paix dans la région.

Lors de rencontres avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin, M. Abe a déclaré que son pays voulait « s’engager activement » pour promouvoir la paix dans la région et relancer les négociations en vue d’une solution à deux Etats.

« En tant que véritable ami, je peux donner des conseils qui ne seront pas faciles à accepter par les deux parties », a affirmé M. Abe à des journalistes après sa rencontre avec M. Netanyahu.

Un officiel japonais a déclaré à l’AFP que le Premier ministre japonais allait délivrer le même message aux deux parties.

« Le Premier ministre pense que les deux parties peuvent cesser de prendre des décisions unilatérales qui envenimement la situation », a déclaré cet officiel sous le couvert d’anonymat.

« Pour les Palestiniens, le fait d’engager des poursuites judiciaires contre des Israéliens ne va pas aider à atteindre une solution à deux Etats », a ajouté cet officiel en référence au recours des Palestiniens à la Cour pénale internationale (CPI).