Les Etats-Unis ont exhorté jeudi le groupe terroriste du Hamas à se désarmer et à renoncer à la violence avant d’être autorisé à mettre en œuvre l’accord de réconciliation avec son rival palestinien du Fatah. Cette réponse est la première réaction rapportée du gouvernement américain à l’accord signé la semaine dernière.

Dans un communiqué, Jason Greenblatt, envoyé de la Maison Blanche pour la paix au Proche Orient, a salué le retour imminent de l’Autorité palestinienne (AP) dans la bande de Gaza dans le cadre des efforts de réconciliation avec le Hamas, mais a déclaré qu’il était essentiel de réformer le groupe terroriste et de respecter les principes énoncés par le Quartet pour le Moyen Orient.

« Tout gouvernement palestinien doit s’engager sans ambiguïté et explicitement dans la non-violence, reconnaître l’Etat d’Israël, accepter les accords et les obligations précédents entre les parties — y compris pour désarmer les terroristes — et s’engager dans des négociations pacifiques », a déclaré Greenblatt dans un communiqué publié par l’ambassade des Etats-Unis en Israël.

« Le Hamas doit accepter ces conditions fondamentales s’il est appelé à jouer un rôle quelconque dans un gouvernement palestinien », a ajouté Greenblatt.

L'envoyé pour la paix du président américain Donald Trump, Jason Greenblatt (à gauche), dans un tunnel terroriste du Hamas près de la bande de Gaza avec le coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) Yoav 'Poly' Mordechai le 30 août 2017 (Crédit : bureau du porte-parole du COGAT)

L’envoyé pour la paix du président américain Donald Trump, Jason Greenblatt (à gauche), dans un tunnel terroriste du Hamas près de la bande de Gaza avec le coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) Yoav ‘Poly’ Mordechai le 30 août 2017 (Crédit : bureau du porte-parole du COGAT)

Les Etats-Unis, comme l’Union européenne ou Israël, considèrent le Hamas comme une organisation terroriste.

Le Hamas a rejeté jeudi l’ « ingérence flagrante » de ces conditions, et a accusé l’administration Trump d’aligner ses positions sur celles d’Israël.

« C’est une ingérence flagrante dans les affaires palestiniennes, notre peuple a le droit de choisir lui-même son gouvernement en fonction de ses intérêts stratégiques supérieurs », a dit à l’AFP Bassem Naïm, haut responsable du Hamas.

L’administration Trump s’exprime « sous la pression du gouvernement d’extrême droite |israélien du Premier ministre Benjamin] Netanyahu et s’inscrit dans la droite ligne des déclarations de Netanyahu il y a deux jours », a-t-il ajouté.

L’AFP a contribué à cet article.