L’Egypte et l’Espagne ont signé mardi au Caire un mémorandum d’entente pour une coopération militaire, a indiqué le porte-parole de l’armée égyptienne dans un communiqué.

Cette annonce intervient alors que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a effectué le mois dernier sa première visite officielle en Espagne.

Dans un entretien publié par le quotidien espagnol El Mundo, M. Sissi s’était alors posé en rempart contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), appelant indirectement les Européens à le soutenir au motif que si « l’Etat s’effondre (en Egypte), cela causerait un tort terrible à l’Europe et la région (du Moyen-Orient) sera condamnée au désastre ».

Selon le communiqué de l’armée égyptienne, le ministre de la Défense égyptien Sedki Sobhi et son homologue espagnol Pedro Morenés, en visite au Caire, ont signé mardi « un mémorandum d’accord pour la coopération militaire, l’échange d’expertises et des exercices conjoints ».

Les djihadistes de l’EI, qui multiplient les atrocités en Irak et en Syrie, gagnent du terrain en Libye mais aussi en Egypte dans la péninsule du Sinaï.

L’Egypte est actuellement engagée dans une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et qui a pour objectif de contrer l’avancée au Yémen de rebelles chiites soutenus par l’Iran.