L’ONG française Acted, pour laquelle travaillait le Britannique David Haines, décapité par l’Etat islamique (EI), a été frappée plusieurs fois sur ses terrains d’intervention humanitaire par des exécutions et prises d’otage.

Fondée en 1993, Acted est présente dans 35 pays où elle oeuvre contre la pauvreté, par des actions d’urgence mais aussi d’autres interventions axées sur la réhabilitation et le développement.

Les premiers projets de l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement (Acted) ont été mis en oeuvre à Kaboul (Afghanistan).

Depuis, elle est intervenue dans d’autres pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, mais aussi dans des zones sujettes à des problèmes de sécurité alimentaire et de santé publique.

En 2013, ses effectifs moyens atteignaient 3 814 personnes, dont 199 seulement n’étaient pas des personnels locaux.

Son budget s’élevait à 140,5 millions d’euros en 2013, selon le rapport annuel de l’ONG, une capacité triplée depuis 2007. Acted publie tous les ans une information financière détaillée sur ses activités.

Au Proche-Orient, Acted est notamment présente au Liban, en Jordanie et en Irak, essentiellement au Kurdistan irakien.

Avant son enlèvement, David Haines collaborait à l’action d’Acted auprès du camp syrien de réfugiés d’Atmeh, proche de la frontière turque.

Acted assure notamment la gestion des deux plus grands camps de réfugiés d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

L’organisation a indiqué mi-août avoir distribué de l’aide à plus de 100 000 personnes depuis le début de l’offensive irakienne de l’Etat islamique (EI), notamment de l’eau et des aliments de première nécessité.

Avant l’exécution de David Haines, plusieurs employés d’Acted avaient déjà été pris pour cible. Fin novembre 2013, six Afghans travaillant pour l’ONG française avaient été abattus par balles dans une embuscade dans le nord-ouest de l’Afghanistan.

Quelques semaines plus tôt, début septembre 2013, deux employés centrafricains avaient été tués par des hommes armés dans le nord-ouest de la République centrafricaine alors qu’ils tentaient d’évacuer la zone.

Outre David Haines, plusieurs membres de l’organisation ont également été pris en otage. En mars 2013, un coordinateur italien avait été enlevé à Atmeh, avant d’être relâché, fin mai 2014.

Début 2013, le Français Charles Ballard, directeur financier chez Acted, aura lui été détenu durant 71 jours après son enlèvement à Kaboul.

Toujours en Afghanistan, en octobre 2011, quatre employés afghans avaient été brièvement détenus par des hommes armés dans le nord-ouest du pays.

David Haines : « l’Ecossais fou » de l’humanitaire

L’Ecossais David Haines a passé 15 ans de sa vie à braver les dangers en première ligne sur le front de l’action humanitaire dans les Balkans en Afrique et au Moyen-Orient, pour finir décapité par les djihadistes de l’Etat Islamique (EI).

Enthousiaste, doté d’un solide sens de l’humour, le volontaire élancé de 44 ans au passé militaire avait gagné le sobriquet « d’Ecossais fou » dans les rangs d’ONG allemande, américaine et française. Tour à tour en Croatie, Libye, au Sud-Soudan et finalement Syrie.

Sa dernière mission consistait à ravitailler en eau potable, nourriture et tentes les Syriens victimes de la guerre ravageant leur pays. Il agissait en tant que responsable logistique pour le camp de réfugiés d’Atmeh, proche de la frontière avec la Turquie, pour le compte de l’organisation non gouvernementale française Acted.

C’était le 12 mars 2013, juste après son arrivée en Syrie. Des individus armés l’ont stoppé, contraint sous la menace d’armes à grimper dans le coffre de leur véhicule, en même temps qu’un Italien relâché ultérieurement, sain et sauf.

Depuis, Acted a multiplié les appels soulignant que « la vie d’un homme ne devrait jamais être menacée du fait de son engagement humanitaire ».

David Cameron, chef d’un gouvernement britannique qui refuse le versement de rançons, a fait état sans autre détails « d’une tentative avortée pour le libérer ».

La dernière image de David Haines, en combinaison orange, émacié, le crâne rasé, à genoux dans le sable devant son bourreau armé d’un poignard, a révulsé le Royaume-Uni.

Un CV composite

Né à Holderness dans l’est de l’Angleterre, il a effectué ses études secondaires dans une des écoles les plus vieilles et les plus prestigieuses d’Ecosse, la Perth Academy.

« David et moi avons reçu une éducation qui faisait la différence entre le bien du mal (…) Quand il le voulait, c’était une source d’inspiration, une force motrice; et parfois il était le pire des emmerdeurs bornés », a commenté son unique frère Mike, dans un communiqué relayé par le ministère des Affaires étrangères britannique.

Le curriculum vitae de la victime de l’EI est à tout le moins composite. Il fait état d’emplois à Royal Mail, à Scotrail [la SNCF écossaise]. Le jeune homme a aussi créé une PME vendant des machines à fabriquer la crème glacée en Croatie.

Il a servi comme mécanicien sur les avions de la Royal Air Force (RAF) et « a occupé divers postes dans les domaines de la sécurité et de l’évaluation des risques dans un certain nombre de pays ».

Une carrière humanitaire

Sa vie bascule alors qu’il a 29 ans. En 1999, et jusqu’en 2004, il rejoint l’association allemande Arbeiter Samariter Bund, dans la Croatie ravagée par la guerre des Balkans. Pour prêter assistance à des centaines de déplacés de retour chez eux, afin qu’ils reconstruisent leurs maisons et leur vie.

« Il a aidé tous ceux qui avaient besoin d’aide, quelque soit leur race, leur engagement, ou leur religion », dit sa famille.

En avril 2011, il est à la tête d’un projet de Handicap International, dans une Libye exsangue après la chute de Mouammar Kadhafi. L’enjeu est d’avertir la population contre les dangers des mines et autres engins explosifs abandonnés par les combattants.

L’année d’après, on le retrouve au sud-Soudan, pour le compte de Nonviolent Peaceforce, une ONG internationale basée aux Etats-Unis, qui œuvre à la façon « d’une force de paix civile, non armée » dans les zones de conflit.

Ceux qui l’ont fréquenté décrivent un homme profondément humain, doté d’un solide sens de l’humour. Acted a loué dimanche « sa générosité, son engagement et son professionnalisme ».

Il avait deux filles, de 17 et 4 ans, issues de deux unions. L’Ecossais s’était marié une première fois en kilt à Louise, son amour de jeunesse, et une seconde fois à Dragana, en Croatie où il s’était établi.