La Fédération anglaise de football (FA) a saisi la Fédération internationale pour demander l’extension au niveau mondial de la sanction de Nicolas Anelka après sa « quenelle », a-t-on appris mardi auprès de la Fifa.

« La FA a contacté la Fifa pour demander l’extension de la sanction (cinq matches de suspension) à l’échelle mondiale », a expliqué à l’AFP un porte parole de l’instance mondiale, la Fifa « étant en train d’examiner les éléments de ce dossier » avant de prendre une décision.

A la veille de l’entrée en vigueur de sa suspension, Anelka avait annoncé vendredi sur ses réseaux sociaux qu’il résiliait son contrat avec West Bromwich Albion.

Son club avait jugé « invalide » cette annonce du joueur et répondu à l’attaquant français en le licenciant en bonne et due forme « pour mauvais comportement caractérisé ».

Si la Fifa accède à la requête de la FA, Anelka, même s’il trouve un club hors Angleterre pour poursuivre sa carrière, devra purger une suspension de cinq matches.

Le 28 décembre, lors d’un match à West Ham, Anelka avait célébré son premier but de la saison en faisant une « quenelle », un bras tendu vers le bas, l’autre bras replié touchant l’épaule.

Le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls s’était félicité de la sanction infligée par la FA, répétant qu’il jugeait ce geste « antisémite ».