David Shimron, l’avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu est l’avocat proche du Premier ministre qui a été interrogé en tant que suspect ces derniers jours dans le cadre de l’affaire dite des sous-marins, a annoncé la police mercredi.

Shimron est l’un des suspects de l’ « Affaire 3 000 », qui porte sur des faits de corruption présumés dans le cadre d’un achat de navires de guerre au constructeur allemand ThyssenKrupp pour plusieurs milliards de dollars.

Il est actuellement placé en résidence surveillée.

Le nom de Shimron est lié à l’affaire depuis des mois, mais après son arrestation, son identité avait été placée sous embargo, levé mercredi matin.

La police a annoncé qu’elle avait interdit à Netanyahu – qui n’est pas considéré comme un suspect dans cette affaire – de parler avec Shimron. Les employés de ThyssenKrupp en Israël n’ont pas le droit de contacter le siège de l’entreprise, en Allemagne.

Le général Eliezer Marom, ancien commandant de la Marine israélienne. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Le général Eliezer Marom, ancien commandant de la Marine israélienne. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Mardi, la police a également placé l’ancien chef de la Marine israélienne en résidence surveillée. Le général de division (de réserve) Eliezer Marom est le militaire le plus haut gradé ayant été arrêté dans l’histoire d’Israël, a annoncé la Deuxième chaîne. Il restera confiné à son domicile jusqu’à jeudi.

Marom a été interrogé mardi, en tant que suspect, par l’unité Lahav 433 à Lod.

Selon les médias israéliens, la police soupçonne Marom d’avoir contrôlé un compte bancaire à Chypre utilisé pour transférer des pots-de-vin de responsables allemands de ThyssenKrupp à des responsables israéliens. Il est aussi soupçonné d’avoir poussé l’entreprise allemande à remplacer son ancien représentant en Israël, Yishaya Barkat, par Miki Ganor, qui est l’un des suspects de l’affaire 3 000.

Marom, Ganor et Shimron sont trois des six suspects qui ont été interrogés pour l’enquête. L’ancien vice-directeur du Conseil de sécurité nationale, Avriel Bar-Yosef, a également été interrogé.

Miki Ganor devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 10 juillet 2017. (Crédit : Moti Kimchi/Pool)

Miki Ganor devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 10 juillet 2017. (Crédit : Moti Kimchi/Pool)

Selon le site d’information Ynet, la police possède un document comptable récapitulant les transactions financières de ThyssenKrupp avec différents responsables israéliens. Les enquêteurs soupçonnent que l’intitulé de paiement « Dépenses utiles » masque les pots-de-vin payés à Marom en passant par Ganor.

« Il existe des preuves substantielles auxquelles les suspects devront répondre, a déclaré un policier. Une partie de l’argent payé aux suspects était une rémunération normale de leur travail, mais nous soupçonnons qu’une autre partie soit des pots-de-vin. »